Wall Street monte, soulagée par le statu quo de la Fed

mercredi 21 septembre 2016 23h10
 

par Lewis Krauskopf

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a fini en hausse marquée mercredi après la décision de la Réserve fédérale de laisser sa politique monétaire inchangée tout en ouvrant clairement la porte à une hausse de taux d'ici la fin de l'année.

L'indice Dow Jones a gagné 163,74 points, soit 0,9%, à 18.293,70 et le S&P-500, plus large, a pris 23,36 points (+1,09%) à 2.163,12. Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 53,83 points (+1,03%) à 5.295,18, un nouveau record de clôture.

La Fed, au terme de deux jours de réunion de politique monétaire, a comme attendu annoncé le maintien de l'objectif du taux des fonds fédéraux à 0,25-0,50% mais elle a laissé entendre qu'elle pourrait le relever avant 2017, en soulignant la poursuite de l'amélioration du marché du travail.

Les traders estiment désormais à 64% la probabilité d'une hausse de taux en décembre, contre 58% avant le communiqué du Federal Open Market Committee (FOMC), selon le baromètre FedWatch.

Le marché actions a amplifié sa progression après le communiqué de politique monétaire et la conférence de presse de la présidente de la Fed, Janet Yellen.

"Tout le monde avait quelques doutes sur la possibilité qu'elle relève les taux aujourd'hui, mais une fois cette hypothèse écartée (...) les gens se sont sentis libres de remettre de l'argent dans les actions", a commenté Peter Tuz, président de Chase Investment Counsel.

Auparavant, Wall Street avait été tirée par la décision surprise de la Banque du Japon d'adopter une stratégie de "contrôle de la courbe des taux", qui la conduira à acheter des emprunts d'Etat à long terme pour maintenir le rendement des obligations à dix ans à son niveau actuel, proche de zéro.

Tous les grands indices sectoriels S&P ont fini la journée en hausse. La meilleure performance (+2,12%) revient à celui de l'énergie, qui a profité de la hausse marquée des cours du pétrole en réaction à une baisse inattendue des stocks de brut aux Etats-Unis.   Suite...

 
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS