Le coup d'arrêt de la mondialisation pèse sur la croissance

mercredi 21 septembre 2016 13h09
 

par Leigh Thomas

PARIS (Reuters) - La croissance de l'économie mondiale tombera cette année et l'an prochain à ses plus bas niveaux depuis la crise financière, victime d'un coup d'arrêt de la mondialisation, estime l'Organisation de coopération et développement économiques.

Le commerce, son principal moteur des deux dernières décennies, a vu sa croissance amputée de moitié depuis 2008 et restera à la traîne de l'activité cette année, prévoit l'OCDE dans ses perspectives économiques mondiales actualisées publiées mercredi.

"On est bien en dessous des normes passées et cela signifie que la mondialisation, mesurée par le niveau des échanges, a peut-être calé", soulignent les économistes de l'organisation.

L'OCDE ne table plus que sur une croissance mondiale de 2,9% cette année, contre 3,0% dans des précédentes prévisions publiées avant l'été, soit le rythme le plus faible depuis la crise de 2008-2009.

Elle voit des facteurs à la fois conjoncturels et structurels derrière ce ralentissement.

"Après la crise, les chaînes de valeur mondiale se sont détendues et le commerce chinois et asiatique a ralenti, les deux phénomènes étant peut-être liés", note-t-elle.

"Ces changements structurels ont été aggravés par une faible demande due à une croissance anémique de l’investissement international et du commerce intra-européen".

La montée des oppositions à la libéralisation du commerce et les récessions en cours chez de grands pays producteurs de matières premières contribuent aussi à ce ralentissement des échanges qui, s'il perdure, "aura des conséquences fâcheuses pour la croissance de la productivité et du niveau de vie", avertit l'OCDE.   Suite...

 
LA CROISSANCE DE L’OCDE