Wall Street finit en hausse de 1%, Apple toujours en vedette

jeudi 15 septembre 2016 23h19
 

par Noel Randewich

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a fini en nette hausse jeudi, portée par l'euphorie autour du nouvel iPhone d'Apple, par la remontée des cours du pétrole et par des indicateurs économiques médiocres qui éloignent la perspective d'une hausse de taux à court terme aux Etats-Unis.

L'indice Dow Jones a gagné 177,71 points, soit 0,99%, à 18.212,48 points avec ses 30 composantes en territoire positif et le Standard & Poor's-500, plus large, a pris 21,49 points ou 1,01% à 2.147,26.

Le Nasdaq Composite, à forte pondération technologique, s'est adjugé de son côté 75,92 points (1,47%) à 5.249,69.

Apple, en hausse pour la quatrième séance de suite, a continué de surfer sur le lancement de son iPhone 7 dont la commercialisation débute vendredi. Principal moteur de la hausse des trois grands indices et plus forte progression du Dow Jones, le titre de la première capitalisation boursière mondiale a gagné 3,40% à 115,57 dollars après avoir atteint un pic de 2016 à 115,73.

Sur le front des indicateurs, l'annonce d'une baisse plus forte que prévu des ventes au détail et de la production industrielle en août a réduit encore un peu plus la probabilité d'une hausse des taux d'intérêt de la Réserve fédérale dès la semaine prochaine, à l'issue de la réunion de son comité de politique monétaire.

Les nouvelles inscriptions au chômage ont toutefois augmenté moins qu'attendu la semaine dernière, témoignant toujours d'un marché du travail robuste - un critère important pour la politique monétaire aux Etats-Unis.

"La Fed reste dans un vrai dilemme. Elle voudrait relever ses taux et les indicateurs des dernières semaines allaient dans ce sens, mais maintenant on a ces données des ventes au détail qui affaiblissent son argumentaire", commente Aaron Clark, gérant chez GW&K Investment Management à Boston.

"Certes cette statistique ne milite pas pour une hausse de taux, mais elle n'est pas non plus catastrophique", nuance-t-il.   Suite...

 
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS