Nette baisse à l'ouverture des Bourses en Europe

lundi 12 septembre 2016 10h12
 

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont ouvert en nette baisse lundi, s'inscrivant dans le sillage de l'Asie et de Wall Street, les investisseurs continuant d'évaluer la possibilité d'une hausse des taux de la Réserve fédérale dès la semaine prochaine et de s'interroger sur l'efficacité des politiques monétaires très accommodantes mises en place en Europe et au Japon.

À Paris, l'indice CAC 40 perdait 1,74% à 4.413,26 points vers 09h45. Le Dax abandonnait 1,8% à Francfort et le FTSE 1,47% à Londres. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro cède 1,8%, le FTSEurofirst 300 1,59% et le Stoxx 600 1,6%.

Tous les indices sectoriels reculent d'au moins 1%, le repli le plus prononcé, 3,18%, étant le fait d'un compartiment des matières premières très sensible à la conjoncture mondiale. Sa chute ramène la progression de l'indice depuis le début de l'année à 23%, ce qui reste de loin la meilleure performance sectorielle sur la période.

Le marché obligataire est également délaissé par les investisseurs qui, outre leurs interrogations sur le calendrier de la Fed, se demandent ce que pourra faire la Banque du Japon lors de sa réunion des 20 et 21 septembre après avoir été déçus par l'absence d'annonce majeure de la part de la Banque centrale européenne (BCE) lors de sa réunion la semaine dernière.

Le rendement des Bunds allemands gagne près de 3 points de base, s'aventurant ainsi un peu plus loin en territoire positif, à 0,045%. Le coût de financement supporté par les pays dits périphériques est également en hausse, à l'image du rendement portugais, qui progresse de près de huit points de base, à 3,246%, soit un pic de deux mois.

Sur le marché des changes, le yen tire parti de son statut de valeur refuge pour gagner 0,4% face au dollar. Le billet vert recule d'ailleurs de 0,2% face à un panier de grandes devises internationales mais progresse face à la plupart des monnaies de pays émergents en raison de la perspective d'une possible hausse des taux d'intérêt américains la semaine prochaine.

Eric Rosengren, le président de la Fed de Boston qui fait figure de "colombe" au comité de politique monétaire de la Réserve fédérale, a relancé vendredi les spéculations sur une hausse de taux en disant que la banque centrale prendrait des risques si elle attendait trop longtemps pour resserrer sa politique.

Plusieurs membres de la Fed, dont la réunion de politique monétaire est également prévue les 20 et 21 septembre, doivent s'exprimer dans la journée, dont la gouverneur Lael Brainard, autre "colombe".

Le pétrole perd environ 1%, dans la foulée de sa chute de plus de 4% vendredi, après des données montrant une progression du nombre de forages aux Etats-Unis, une hausse qui semble montrer que les exploitants peuvent être rentables à ce niveau des cours et donc potentiellement augmenter une offre déjà très abondante.   Suite...

 
TLes principales Bourses européennes ont ouvert en nette baisse lundi, s'inscrivant dans le sillage de l'Asie et de Wall Street, les investisseurs continuant d'évaluer la possibilité d'une hausse des taux de la Réserve fédérale dès la semaine prochaine et de s'interroger sur l'efficacité des politiques monétaires très accommodantes mises en place en Europe et au Japon. À Paris, l'indice CAC 40 perdait 1,74% vers 09h45. Le Dax abandonnait 1,8% à Francfort et le FTSE 1,47% /Photo d'archives/REUTERS/Pawel Kopczynski