Le FMI devrait abaisser sa prévision de croissance

jeudi 1 septembre 2016 18h30
 

WASHINGTON (Reuters) - Le Fonds monétaire international (FMI) va probablement abaisser à nouveau sa prévision de croissance mondiale pour 2016 en raison de la faiblesse de la demande, d'un ralentissement des échanges et des investissements et du creusement des inégalités, a déclaré Christine Lagarde à Reuters.

Dans cette interview, la directrice générale du FMI a exhorté les dirigeants du G20 à agir bien plus fortement pour soutenir la demande, promouvoir le commerce international et la mondialisation et lutter contre les inégalités.

Si certaines menaces pressenties contre l'économie mondiale ne se sont pas encore matérialisées, comme une récession provoquée par le vote britannique en faveur d'une sortie de l'Union européenne ou un effondrement de la croissance chinoise, Christine Lagarde a tout de même évoqué "une croissance en léger déclin, fragile, faible et certainement pas alimentée par les échanges commerciaux".

"On pourrait affirmer que le Brexit ne provoque pas vraiment la crise énorme à laquelle nous nous attendions, on pourrait affirmer que la transition chinoise se déroule raisonnablement bien et on pourrait affirmer que les faibles prix des matières premières ont un peu augmenté", a-t-elle dit. "C'est la surface."

"Quand on observe les perspectives de croissance économique dans leur profondeur, le potentiel de croissance, la productivité, nous ne recevons pas de très bons signaux et nous allons probablement réviser à la baisse notre prévision de croissance pour 2016", a-t-elle ajouté.

Le FMI publiera ses nouvelles perspectives économiques mondiales début octobre avant son assemblée annuelle. S'il agit conformément à ce qu'annonce sa directrice générale, il s'agirait du sixième abaissement en 18 mois de sa prévision de croissance mondiale.

Evoquant les incertitudes provoquées par la victoire du Brexit au référendum du 23 juin au Royaume-Uni, le FMI a déjà abaissé en juillet sa prévision de croissance du produit intérieur brut (PIB) mondial à 3,1% pour cette année et à 3,4% pour 2017, soit dans les deux cas une baisse d'environ un dixième de point.

MISE EN GARDE AU G20   Suite...

 
Selon Christine Lagarde, le Fonds monétaire international va probablement abaisser à nouveau sa prévision de croissance mondiale pour 2016 en raison de la faiblesse de la demande, d'un ralentissement des échanges et des investissements et du creusement des inégalités. L'institution a déjà abaissé en juillet sa prévision de croissance du PIB mondial à 3,1% pour cette année et à 3,4% pour 2017. /Photo prise le 31 août 2016/REUTERS/Gary Cameron