Wall Street freinée par les déboires fiscaux d'Apple en Europe

mardi 30 août 2016 22h29
 

par Chuck Mikolajczak

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a fini en baisse mardi, entraînée vers le bas par Apple, auquel la Commission européenne a demandé de rembourser 13 milliards d'euros d'impôts à l'Irlande.

Le recul a toutefois été un peu limité par la progression des valeurs bancaires alors que les investisseurs anticipent une prochaine hausse des taux aux Etats-Unis, même s'ils continuent de s'interroger sur le calendrier qu'adoptera la Réserve fédérale.

L'indice Dow Jones a cédé 48,69 points, soit 0,26%, à 18.454,30. Le S&P-500, plus large et principale référence des investisseurs, a perdu 4,26 points, soit 0,20%, à 2.176,12 alors que le Nasdaq Composite a reculé de 9,34 points, soit 0,18%, à 5.222,99.

"Le marché actions va probablement observer une pause car les investisseurs se mettent en position d'attente jusqu'à ce que des éléments plus tangibles de croissance économique apparaissent", dit Terry Sandven, responsable de la stratégie sur le marché actions chez US Bank Wealth Management.

Avec une baisse de 0,77% à 106,00 dollars, Apple, première capitalisation boursière mondiale, a été le principal frein sur le S&P-500 et le Nasdaq.

La Commission européenne lui a ordonné mardi de verser 13 milliards d'euros d'impôts impayés à l'Irlande après avoir conclu que les arrangements fiscaux entre Dublin et le fabricant de l'iPhone s'apparentaient à une aide publique illégale.

Les 10 grands indices sectoriels du S&P ont fini dans le rouge, à l'exception des valeurs financières portées par la perspective d'une hausse des taux susceptible de gonfler leurs bénéfices. Goldmans Sachs (+1,9%) et JPMorgan Chase (+0,82%) ont terminé en tête des rares hausses du Dow Jones. Wells Fargo et Bank of America ont pris 2,14% et 2,21% respectivement.

L'hypothèse d'un prochain tour de vis monétaire aux Etats-Unis a gagné en épaisseur depuis que Janet Yellen, la présidente de la Fed, a déclaré vendredi que les arguments en faveur d'une hausse des taux se renforçaient aux Etats-Unis. L'annonce mardi d'une nette amélioration de la confiance du consommateur américain n'a fait qu'accentuer cette impression.   Suite...

 
LA CLÔTURE DE MARCHÉS AMÉRICAINS