Wall Street se replie face au flou entretenu par la Fed

vendredi 26 août 2016 22h32
 

par Chuck Mikolajczak

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a terminé dans le désordre une séance volatile vendredi, les investisseurs peinant à interpréter les déclarations de différents responsables de la Réserve fédérale, en premier lieu sa présidente Janet Yellen, au sujet de l'évolution des taux d'intérêt aux Etats-Unis.

Wall Street a alterné les hausses, les baisses et les tentatives de redressement tout au long de la journée.

L'indice Dow Jones a finalement cédé 53,01 points, soit 0,29%, à 18.395,40 après évolué dans une amplitude de près de 240 points.

Le S&P-500, plus large et principale référence des investisseurs, a perdu 3,43 points, soit 0,16%, à 2.169,04 alors que le Nasdaq Composite a en revanche progressé de 6,71 points, soit 0,13%, à 5.218,92.

Pour le Dow et le S&P-500, il s'agit de la plus forte baisse hebdomadaire depuis la semaine du vote britannique en faveur d'une sortie de l'Union européenne en juin, avec un recul de 0,85% pour le premier et de 0,68% pour le second. Le Nasdaq, lui, a perdu 0,37% sur la semaine.

Signe de la nervosité des marchés, l'indice de volatilité du CBOE, surnommé "l'indice de la peur" à Wall Street, a touché un pic de sept semaines avant de limiter sa hausse à 0,51%.

Les investisseurs attendaient avec impatience le discours de Janet Yellen lors du symposium annuel des banquiers centraux de Jackson Hole, dans le Wyoming, mais la présidente de la Fed ne les a guère éclairés sur ses intentions et c'est finalement une intervention de Stanley Fischer, le vice-président de la banque centrale américaine, qui les a le plus marqués.

Tout en jugeant que les arguments en faveur d'une hausse des taux se renforçaient aux Etats-Unis, Janet Yellen a entretenu le flou sur le calendrier. "Notre capacité à prédire comment le taux des fed funds va évoluer à travers le temps est assez limitée", a-t-elle dit, en soulignant que "l'économie est fréquemment ébranlée par des chocs et, en conséquence, évolue rarement conformément aux prévisions".   Suite...

 
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS