DCNS victime d'un vol de données peu critiques

jeudi 25 août 2016 16h15
 

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Le constructeur naval militaire DCNS a été victime en 2011 d'un vol de documents et non d'une fuite mais il parait improbable que des données classifiées y figurent, a-t-on déclaré jeudi à Reuters de source gouvernementale française.

Le gouvernement indien a indiqué de son côté n'avoir identifié aucun risque immédiat pour sa sécurité à la suite de la diffusion, révélée mercredi par un quotidien australien, de 22.000 pages de documents concernant les six sous-marins construits par DCNS pour l'Inde.

"Ce n'est pas une fuite, c'est un vol, une malveillance", a expliqué la source française.

"On n'a pas pu identifier une négligence de la part de DCNS, on a plutôt identifié une malhonnêteté individuelle", a-t-elle ajouté.

Les documents, selon cette source, ont très probablement été volés par un ancien salarié français, licencié pour faute après avoir travaillé chez un sous-traitant de DCNS assurant la formation en Inde sur l'utilisation des sous-marins. La source n'a pas identifié cette société sous-traitante.

A ce stade, les données volées concernent le mode d'emploi des sous-marins et il paraît très improbable que des documents classifiés aient été dérobés, les règles pour leur détention étant très complexes, a ajouté la source.

DCNS, filiale à 35% de Thales, s'est refusé à tout commentaire tandis que le ministère de la Défense n'était pas immédiatement disponible.

La France et l'Inde ont ouvert mercredi une enquête à la suite des révélations du quotidien The Australian.   Suite...

 
Le constructeur naval militaire DCNS a été victime en 2011 d'un vol de données et non d'une fuite et aucune négligence n'a été identifiée dans la sécurité informatique du groupe, selon une source gouvernementale. /Photo prise le 26 avril 2016/REUTERS/Stéphane Mahé