L'Iran plus disposé à faire cause commune avec l'Opep

mardi 23 août 2016 18h46
 

par Rania El Gamal et Alex Lawler

DUBAI/LONDRES (Reuters) - L'Iran apparaît plus disposé à apporter son soutien à une action commune de soutien des cours du marché pétrolier, un changement d'attitude qui pourrait contribuer à relancer le projet d'un gel de production lors des discussions prévues le mois prochain, ont déclaré mardi des sources de l'Opep et de l'industrie pétrolière.

Les informations de Reuters ont favorisé la remontée des cours du brut mardi sur les marchés: à 15h25 GMT, le Brent gagnait plus de 1,4%, tout près du seuil des 50 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) prenait 1,2% à 48 dollars.

L'Iran, troisième producteur de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), accélère ses extractions depuis la levée des sanctions internationales en janvier.

Téhéran a refusé une première fois cette année de se joindre à l'Opep et à certains pays extérieurs à l'organisation, dont la Russie en vue de stabiliser la production.

La tentative de geler la production aux niveaux de janvier a ainsi capoté en avril, l'Arabie saoudite ayant posé comme condition la participation de tous, Iran compris, à cette initiative.

Même si l'Iran n'a pas encore décidé de participer à un effort commun, il semble prêt à parvenir à un compromis avec les autres producteurs pétroliers, ont dit les sources.

"L'Iran va bientôt atteindre ses niveaux de production antérieurs aux sanctions et après, il pourra coopérer avec les autres", a déclaré une source au fait de la position iranienne, à la suite de la visite à Téhéran du ministre du Pétrole vénézuélien, Eulogio Del Pino, la semaine dernière.

  Suite...

 
L'Iran apparaît plus disposé à apporter son soutien à une action commune de soutien des cours du marché pétrolier, un changement d'attitude qui pourrait contribuer à relancer le projet d'un gel de production lors des discussions prévues le mois prochain, selon des sources de l'Opep et de l'industrie pétrolière. /Photo d'archives/REUTERS/Raheb Homavandi