La Grande-Bretagne est probablement entrée en récession

jeudi 11 août 2016 17h27
 

LONDRES (Reuters) - Le vote des Britanniques en faveur d'une sortie de leur pays de l'Union européenne a déjà entraîné la Grande-Bretagne dans une légère récession, pensent les économistes interrogés par Reuters, dont la plupart s'attendent à voir la Banque d'Angleterre réduire à nouveau ses taux en novembre.

Avant le référendum du 23 juin qui a abouti à la victoire du "Brexit", les économistes prédisaient que la croissance britannique resterait proche du niveau de 0,6% atteint au deuxième trimestre.

L'enquête Reuters montre qu'ils anticipent désormais une contraction du produit intérieur brut (PIB) de la Grande-Bretagne lors du trimestre en cours et du suivant, à chaque fois de 0,1%, ce qui est la définition technique d'une récession.

L'économie britannique ne renouerait avec une croissance modeste qu'en 2017, pensent les près de 60 économistes interrogés par Reuters.

"La récession sera essentiellement due à une baisse prononcée de l'investissement des entreprises dans les mois à venir", prédit Samuel Tombs, chez Pantheon Macroeconomics.

"La plupart des entreprises vont s'abstenir d'investir tant qu'il n'y aura pas un peu plus de clarté sur le fait de savoir si nous allons ou non rester au sein du marché unique (...) et en attendant de voir combien d'autres entreprises sont touchées par le Brexit."

Dans un premier temps, la Banque d'Angleterre a surpris les marchés en décidant de ne pas modifier sa politique monétaire en juillet. Elle a frappé jeudi dernier en réduisant d'un quart de point son principal taux directeur à un plus bas record de 0,25% et en relançant un programme de rachat d'actifs.

Sa marge de manoeuvre apparaît désormais plus limitée et l'enquête Reuters conclut que, dans l'immédiat, la BoE n'amplifiera pas son programme d'assouplissement quantitatif, de 435 milliards de livres (505 milliards d'euros) pour l'instant.

Selon la médiane des réponses des économistes, la BoE ramènera son principal taux directeur à 0,1% en novembre.   Suite...

 
Le vote des Britanniques en faveur d'une sortie de leur pays de l'Union européenne a déjà entraîné la Grande-Bretagne dans une légère récession, pensent les économistes interrogés par Reuters, dont la plupart s'attendent à voir la Banque d'Angleterre (photo) réduire à nouveau ses taux en novembre. Les économistes anticipent une contraction du PIB lors du trimestre en cours et du suivant, à chaque fois de 0,1%. /Photo prise le 4 août 2016/REUTERS/Neil Hall