Exxon et Chevron souffrent de la déprime des cours du brut

vendredi 29 juillet 2016 17h29
 

par Ernest Scheyder

HOUSTON (Reuters) - Chevron a annoncé vendredi sa plus lourde perte trimestrielle depuis 2001 tandis qu'Exxon Mobil a fait état d'un recul plus marqué que prévu de son bénéfice sur la période avril-juin, les deux géants américains continuant de pâtir de la faiblesse persistante des cours du brut et du recul des revenus tirés du raffinage.

Vers 17h15, le titre Exxon Mobil (-2,2% à 88,21 dollars) affichait la plus forte baisse du Dow Jones, lui-même en recul de 0,09%, tirant vers le bas l'indice S&P 500 des valeurs pétrolières (-0,09%).

Au cours de la semaine, les grands noms européens du secteur, Royal Dutch Shell, BP ou encore Total, ont également annoncé des résultats trimestriels en nette baisse, et pour les mêmes raisons.

L'industrie pétrolière dans son ensemble se retrouve dans une situation difficile, où il s'agit à la fois de résister au bas niveau des cours du pétrole, appelé, selon certains analystes, à devenir la norme, tout en finançant des projets de développement coûteux mais indispensables à une survie à long terme.

"C'est un environnement difficile pour les producteurs de pétrole intégrés", résume Edward Young, analyste énergie chez Edward Young.

Si le cours du brut léger américain (WTI) de fin juin, à 48,33 dollars le baril, représente une hausse de 26% par rapport à celui de fin mars 2016, il accuse un repli de 18,7% par rapport au cours de fin juin 2015. Par rapport à fin juin 2014, le recul est de 54,1%.

Contrairement aux acteurs américains plus petits du secteur, tels que ConocoPhilips et Marathon Oil, qui ont annoncé une baisse de leurs dividendes cette année, Exxon Mobil et Chevron n'ont pas, à ce stade, dévié du sacro-saint principe d'un maintien, voire d'une augmentation de la rémunération des actionnaires malgré l'évolution contraire des cours du brut.

  Suite...

 
Chevron a annoncé vendredi sa plus lourde trimestrielle depuis 2001 tandis qu'Exxon Mobil a fait état d'un recul plus marqué que prévu de son bénéfice sur la période avril-juin, les deux géants américains continuant de pâtir de la faiblesse persistante des cours du brut et du recul des revenus tirés du raffinage. /Photo prise le 12 avril 2016/REUTERS/Lucy Nicholson