Casino renoue avec le bénéfice en France au 1er semestre

vendredi 29 juillet 2016 09h19
 

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Casino a vu son résultat opérationnel plombé par les changes au premier semestre mais a redressé la barre en France, où il a renoué avec le bénéfice.

Très attendu sur ses résultats en France, compte tenu du poids du pays dans ses résultats depuis la cession des très rentables actifs asiatiques pour son désendettement, Casino a dégagé un résultat opérationnel courant de 85 millions d'euros dans l'Hexagone, après une perte de 53 millions un an auparavant.

Il a dit vendredi "confirmer son objectif de 500 millions d'euros de ROC" pour 2016 en France, alors qu'il avait jusqu'ici promis de dégager "plus de 500 millions d'euros" de résultat, un objectif jugé très ambitieux par les analystes.

"Notre redressement est en ligne avec les attentes", a déclaré Antoine Giscard d'Estaing, directeur financier du groupe, lors d'une conférence de presse téléphonique.

Il s'est refusé à tout commentaire sur les objectifs 2016 pour l'ensemble du groupe et a précisé que pour la France, l'objectif s'entendait "sous réserve de la poursuite des tendances de consommation".

Il a également indiqué qu'une "petite déviation" était possible sur la croissance des ventes françaises en 2016, par rapport à l'objectif de +1,5%, mais qu'elle serait compensée au niveau du résultat par une amélioration des marges liées à la réduction des coûts.

Ces annonces sont bien accueillies en Bourse, où le titre gagne 1,2% à 51,08 euros en début de séance et surperforme l'indice SBF 120 (+0,13%) et l'indice européen du secteur de la distribution (+0,6%).

Casino a vu sa croissance organique accélérer le pas au deuxième trimestre grâce à un redressement de sa filiale brésilienne d'électronique grand public, qui a permis de compenser un ralentissement en France.   Suite...

 
Casino a redressé ses résultats en France, mais voit son résultat opérationnel chuter de 18% au premier semestre, plombé par la baisse du real brésilien. /Photo d'archives/REUTERS/Eric Gaillard