La croissance au point mort au 2e trimestre

vendredi 29 juillet 2016 13h10
 

par Myriam Rivet

PARIS (Reuters) - L'économie française a stagné au deuxième trimestre, accusant le contrecoup de son début d'année très vigoureux et les effets des perturbations liées au mouvement contre le projet de loi travail, sans que cela remette en cause le scénario d'une croissance proche de 1,5% en 2016, estiment les économistes.

Car l'Insee a relevé dans le même temps la croissance du premier trimestre à 0,7%, contre 0,6% annoncé précédemment. Et l'acquis pour 2016, à savoir le niveau du PIB si la croissance des deux derniers trimestres était nulle, reste à 1,1%.

La première estimation du PIB pour avril-juin s'avère inférieure aux prévisions des économistes interrogés par Reuters et de la Banque de France (à +0,2% dans les deux cas), ainsi qu'à la dernière prévision de l'Insee, publiée mi-juin, qui se situait à +0,3%.

Dans un communiqué, le ministre des Finances Michel Sapin reconnaît que le chiffre est "décevant".

Mais "au-delà des à-coups d'un trimestre à l’autre, l’économie française reste sur une dynamique de reprise qui ne remet pas en cause la prévision de croissance de 1,5% en 2016", déclare-t-il.

Ce diagnostic est partagé par Axelle Lacan, économiste de l'institut COE-Rexecode, pour qui, "avec un acquis de 1,1%, cela semble faisable."

Michel Martinez, économiste zone euro chez Société Générale CIB, juge également qu'"il n'y a pas de raison de s'inquiéter d'un retournement de croissance", même s'il souligne que "pour atteindre 1,5% en moyenne en 2016, il faudra 0,55% de croissance au 3e comme au 4e trimestres."

Les deux rappellent que ce contrecoup était attendu après un premier trimestre très dynamique, même si le freinage a été plus marqué que prévu.   Suite...

 
LE PIB DE LA FRANCE