Atlantia-EDF décroche l'aéroport de Nice, Vinci celui de Lyon

jeudi 28 juillet 2016 21h22
 

PARIS (Reuters) - L'Etat a choisi jeudi de céder sa participation dans l'aéroport de Nice à un consortium composé de l'italien Atlantia, l'aéroport de Rome et EDF Invest, et celle dans l'aéroport de Lyon à un consortium composé de Vinci, la Caisse des dépôts (CDC) et le groupe Predica.

Les pouvoirs publics vont récolter de la privatisation partielle des deux premiers aéroports régionaux français près de 1,8 milliard d'euros - 1,22 milliard pour Nice et 535 millions pour Lyon - qui seront utilisés pour la filière nucléaire française et le désendettement de l'Etat, a-t-on appris de source proche de Bercy.

A ce stade, les deux consortiums ne sont qu'acquéreurs pressentis des 60% de l'Etat car la procédure prévoit maintenant une consultation des représentants des salariés et un avis de l'Autorité de la concurrence, ont précisé les ministères de l'Economie et des Finances dans des communiqués communs.

Le processus pourrait également être perturbé par un recours que le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez (Les Républicains) a l'intention d'engager "en début de semaine prochaine" auprès du tribunal administratif de Paris.

BOUCLAGE ESPÉRÉ À L'AUTOMNE

Selon la source proche de Bercy, l'Etat espère pouvoir boucler les deux opérations à l'automne, épilogue d'un feuilleton engagé avant même l'élection de François Hollande en 2012.

Une dizaine d'offres fermes avaient été déposées début juillet pour l'ensemble des deux concessions aéroportuaires, courant jusqu'en 2044 pour Nice et 2047 pour Lyon.

L'Etat avait organisé un troisième tour pour départager deux finalistes, Atlantia et Vinci à Nice d'une part, Vinci et un consortium composé de Macquarie et de FFP (holding de la famille Peugeot) d'autre part à Lyon.   Suite...

 
Le ministère de l'Economie a annoncé jeudi avoir choisi de céder ses parts dans l'aéroport de Nice à un consortium composé de l'italien Atlantia, l'aéroport de Rome et EDF Invest, et sa participation dans l'aéroport de Lyon au consortium composé de Vinci, la Caisse des dépôts (CDC) et Predica. /Photo d'archives/REUTERS/Stephane Mahé