Deutsche Bank tout juste bénéficiaire au 2e trimestre

mercredi 27 juillet 2016 12h17
 

par Arno Schuetze et Jonathan Gould

FRANCFORT (Reuters) - Deutsche Bank a prévenu que de nouvelles réductions de coûts pourraient être nécessaires pour assurer son redressement après une forte baisse de son produit net bancaire (PNB) au deuxième trimestre, pénalisé par un contexte de taux très bas et de marchés financiers volatils.

"Si l'environnement actuel de faiblesse de l'économie persiste, nous devrons être plus ambitieux encore dans la rapidité et l'intensité de notre restructuration", a déclaré le président du directoire, John Cryan, mercredi.

"Nous n'éluderons pas les décisions difficiles pour améliorer les résultats à court terme."

L'action Deutsche Bank reculait de près de 4,3% à la Bourse de Francfort vers 11h45, plus forte baisse des 30 valeurs du Dax.

John Cryan a dit que Deutsche Bank progressait sur la voie de sa restructuration, réduisant les risques dans ses portefeuilles et investissant dans l'amélioration de ses infrastructures technologiques. Mais les analystes disent attendre plus d'efforts sur le contrôle des coûts au vu de la réduction des revenus dans plusieurs activités de la banque.

"Nous sommes déçus que Deutsche Bank n'ajuste pas son objectif de coûts (...) dans le contexte de la baisse du PNB", écrivent les analystes de JP Morgan dans une note sur les résultats.

Pour ceux de KBW, la banque ne sera sans doute pas à même de dépasser les objectifs de réduction de coûts qu'elle s'est fixée pour 2018 et aura en conséquence des difficultés à dégager les fonds propres nécessaires dans un environnement de taux d'intérêt négatifs.

"Les inquiétudes demeurent sur la capitalisation et la production interne de capital, sachant que les charges pour frais juridiques étaient minimes", dit KBW.   Suite...

 
Deutsche Bank a annoncé mercredi un bénéfice net en forte baisse à 20 millions d'euros au titre du deuxième trimestre, contre 796 millions un an plus tôt, en raison de l'environnement de taux bas et de la volatilité des marchés qui ont fait chuter son produit net bancaire de 20%. /Photo prise le 18 juillet 2016/REUTERS/Wolfgang Rattay