Vivendi fait marche arrière sur la TV payante de Mediaset

mardi 26 juillet 2016 13h54
 

MILAN/PARIS (Reuters) - Vivendi a fait marche arrière sur un accord d'échange d'actions pour le rachat de la filiale de télévision payante de Mediaset, proposant un autre accord qui lui donnerait une participation directe dans le groupe italien.

Mediaset, contrôlé par Silvio Berlusconi, a déclaré mardi dans un communiqué que Vivendi voulait maintenir l'échange de participation de 3,5% entre les deux entreprises.

Mais au lieu de prendre 100% de Mediaset Premium, le groupe français propose de racheter seulement 20% de la télévision payante et de prendre une participation d'environ 15% dans Mediaset sur trois ans à travers une obligation convertible.

Le groupe dirigé par Vincent Bolloré a confirmé mardi de son côté être en désaccord sur les résultats de Mediaset Premium et avoir proposé à Mediaset une autre transaction.

Un porte-parole de Vivendi a précisé que le groupe menait actuellement des discussions avec les dirigeants de Mediaset et avait bon espoir de trouver un nouveau terrain d'entente.

Mediaset a cependant déclaré qu'aucune négociation à ce sujet n'était en cours avec Vivendi.

Fininvest, premier actionnaire de Mediaset avec près de 35% du capital, a dit juger le comportement du groupe français totalement inapproprié. Selon la holding, le but inavoué de Vivendi en revenant sur cet accord est d'acquérir une participation importante du groupe italien.

Selon une source proche du dossier, Mediaset va rejeter le nouvel accord proposé par Vivendi lors d'un conseil d'administration prévu jeudi et est prêt à engager une action en justice contre le groupe de médias français.

Les désaccords concernant les conditions de l'accord ont émergé jeudi dernier lors d'une rencontre entre l'administrateur délégué de Mediaset Pier Silvio Berlusconi et le président de Vivendi Vincent Bolloré, a indiqué une autre source proche du dossier.   Suite...

 
Vivendi a fait marche arrière sur un accord d'échange d'actions pour le rachat de la filiale de télévision payante de Mediaset, proposant un autre accord qui lui donnerait une participation directe dans le groupe italien. /Photo d'archives/REUTERS/Gonzalo Fuentes