Monsanto rejette l'offre améliorée de Bayer sans fermer la porte

mardi 19 juillet 2016 15h47
 

(Reuters) - Monsanto, le géant américain des semences, a rejeté mardi l'offre d'achat améliorée présentée la semaine dernière par Bayer tout en se disant prêt à poursuivre des discussions avec le groupe allemand comme avec d'autres acquéreurs potentiels.

Le conseil d'administration de Monsanto a considéré à l'unanimité que la nouvelle offre de Bayer restait "financièrement inadéquate et insuffisante pour assurer avec certitude un accord" sur son rachat.

"Monsanto reste ouvert à la poursuite de discussions constructives avec Bayer et d'autres parties pour déterminer s'il est possible de parvenir à une transaction que le conseil d'administration considérerait dans le meilleur intérêt pour les actionnaires de Monsanto", a ajouté le groupe dans un communiqué.

Bayer a annoncé le 14 juillet avoir relevé son offre d'achat sur Monsanto à 125 dollars par action, soit trois dollars de plus qu'auparavant, pour la porter à 64 milliards de dollars (58 milliards d'euros) -- un montant record pour une offre en numéraire. L'allemand s'est en outre engagé à verser à sa cible une indemnité de 1,5 milliard de dollars si le projet devait échouer pour des raisons de concurrence.

L'action Monsanto reculait de 1,5% à 104,80 dollars en avant-Bourse à Wall Street après la publication du communiqué. Bayer de son côté perdait 1,09% à la Bourse de Francfort à 91,89 euros à 12h50 GMT, après un point bas à 91,32.

UN SECTEUR EN PLEINE CONSOLIDATION

Bayer a a indiqué qu'il examinerait avec attention la réponse de Monsanto.

L'accès aux informations confidentielles de Monsanto est devenu un point clé des discussions entre le groupe américain et Bayer depuis la première offre de ce dernier en mai.   Suite...

 
Monsanto, le géant américain des semences, a rejeté mardi l'offre d'achat améliorée présentée la semaine dernière par Bayer tout en se disant prêt à poursuivre des discussions avec le groupe allemand comme avec d'autres acquéreurs potentiels. /Photo prise le 9 mai 2016/REUTERS/Brendan McDermid