Swatch avertit sur ses résultats semestriels

vendredi 15 juillet 2016 13h21
 

par Silke Koltrowitz

ZURICH (Reuters) - Swatch Group, le numéro un mondial des montres, a averti vendredi que son bénéfice semestriel serait en baisse de 50% à 60% sur un an en raison de la faiblesse des ventes sur les marchés clés que sont Hong Kong et l'Europe, une chute lourdement sanctionnée en Bourse.

L'ensemble du secteur suisse de l'horlogerie souffre de la dégradation de la demande, les touristes chinois ayant réduit leurs achats de montres à Hong Kong et en Europe, tandis que la vigueur du franc suisse augmente les coûts de fabrication des produits "Swiss made".

Swatch a précisé que son chiffre d'affaires semestriel devrait accuser un recul de l'ordre de 12% "résultant des ventes en diminution surtout sur les marchés importants tel que Hongkong et partiellement l'Europe, notamment en France et en Suisse alors que la Chine continentale se développe positivement".

"La France est un marché difficile et devrait rester difficile", a déclaré le directeur général du groupe, Nick Hayek, à Reuters lors d'un entretien téléphonique au lendemain de l'attentat de Nice, qui a fait 84 morts et fait craindre un nouveau coup dur pour le marché du tourisme.

"Nice va pénaliser davantage le secteur", a estimé de son côté Jon Cox, analyste de Kepler Cheuvreux. "Les touristes ne vont tout simplement plus vouloir venir en Europe, et particulièrement en France cet été."

L'action Swatch perdait 10,09% à 260,30 francs à 10h54 GMT après un plus bas de six ans et demi à 249,80 francs. Ce recul qui s'ajoute à celui de 17% subi par le titre depuis le début de l'année après -21% en 2015.

Dans son sillage, Richemont abandonnait 3,75%, LVMH 1,95% et Kering 1,65%.

  Suite...

 
Swatch Group a averti vendredi que son bénéfice d'exploitation et son résultat net du premier semestre seraient en baisse de 50% à 60% sur un an en raison de la faiblesse des ventes sur les marchés clés que sont Hong Kong et l'Europe, notamment la Suisse et la France. /Photo d'archives/REUTERS/Arnd Wiegmann