La Banque d'Angleterre préfère attendre août avant d'agir

jeudi 14 juillet 2016 17h28
 

par William Schomberg et David Milliken

LONDRES (Reuters) - La Banque d'Angleterre (BoE) a laissé son taux directeur inchangé jeudi, prenant à contre-pied bon nombre d'investisseurs, mais elle a laissé entendre qu'elle pourrait dévoiler dans trois semaines un plan de soutien à l'économie face à l'impact attendu du vote des Britanniques pour la sortie du pays de l'Union européenne.

La livre sterling a gagné jusqu'à plus de 2% après l'annonce du maintien du taux d'intervention à 0,5% alors qu'une majorité des économistes interrogés par Reuters mercredi s'attendaient à le voir réduit pour la première fois depuis plus de sept ans.

Il y a deux semaines, le gouverneur de la BoE, Mark Carney, avait déclaré que l'institution pourrait annoncer de nouvelles mesures dans le courant de l'été. Mais jeudi, le Comité de politique monétaire a choisi d'attendre trois semaines de plus.

"En l'absence d'une dégradation supplémentaire du compromis entre le soutien à la croissance et le retour de l'inflation vers l'objectif de manière durable, la majorité des membres du Comité s'attendent à ce que la politique monétaire soit assouplie en août", déclare la BoE dans le compte-rendu de sa réunion.

"L'ampleur et la nature précises des éventuelles mesures de soutien seront déterminées dans le cadre de l'examen des prévisions et du rapport sur l'inflation d'août", ajoute-t-elle.

Sur les neuf membres du Comité de politique monétaire (MPC), un seul, Jan Vlieghe, a voté pour une baisse de taux.

Après la baisse du taux directeur à 0,25% anticipée pour ce jeudi, les économistes interrogés mercredi s'attendaient à ce que la BoE relance le 4 août ses achats d'emprunts d'Etat, plafonnés jusqu'à présent à 375 milliards de livres (450 milliards d'euros).

  Suite...

 
La Banque d'Angleterre a laissé son taux directeur inchangé jeudi, prenant à contre-pied une majorité des investisseurs qui tablaient sur la première baisse de taux depuis plus de sept ans en réaction au vote des Britanniques en faveur de la sortie de l'UE. /Photo prise le 5 juillet 2016/REUTERS/Dylan Martinez