La France demande à Barroso de renoncer à Goldman Sachs

mercredi 13 juillet 2016 16h12
 

PARIS (Reuters) - La France a demandé mercredi à l'ancien président de la Commission européenne José Manuel Barroso de renoncer à rejoindre la banque d'affaires américaine Goldman Sachs, recrutement qui suscite un tollé dans l'Union européenne.

Cette embauche est "particulièrement scandaleuse, compte tenu notamment du rôle joué par cette banque dans la crise financière de 2008 mais aussi du trucage des comptes publics de la Grèce", a dit Harlem Désir, le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes, lors des questions d'actualité à l'Assemblée.

"Moralement, politiquement, déontologiquement, c'est une faute de la part de M. Barroso. C'est le pire service qu'un ancien président d'une institution européenne pouvait rendre au projet européen, à un moment de l'Histoire où il a au contraire besoin d'être soutenu, porté et renforcé", a-t-il poursuivi.

"M. Barroso fait aujourd'hui avec cette affaire le lit des anti-européens. Je l'appelle donc solennellement à renoncer", a ajouté Harlem Désir.

Goldman Sachs a annoncé le 15 juillet le recrutement de l'ex-président de la Commission européenne comme conseiller et président non-exécutif de ses activités internationales.

Cette embauche intervient alors que la banque doit se préparer aux conséquences de la sortie annoncée du Royaume-Uni de l'Union européenne.

José Manuel Barroso a présidé l'exécutif européen de 2004 à 2014 après avoir été Premier ministre du Portugal en 2002-2004.

Goldman Sachs International a son siège à Londres, où sont basés moins d'un millier de ses 6.000 salariés. Comme d'autres banques d'investissement américaines, elle est considérée comme particulièrement vulnérable aux conséquences du Brexit.

  Suite...

 
La France demande à l'ex-président de la Commission européenne José Manuel Barroso de renoncer à rejoindre la banque d'affaires américaine Goldman Sachs, un recrutement qui suscite un tollé dans l'Union européenne. /Photo d'archives/REUTERS/Christian Hartmann