Interrogations sur la production de gros porteurs à Farnborough

vendredi 8 juillet 2016 22h23
 

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Les incertitudes sur la croissance économique mondiale et la faiblesse de la demande en très gros porteurs jettent une ombre sur les perspectives de l'aéronautique, pour l'instant protégée par les délais d'attente de cinq à sept ans pour les livraisons et l'essor du trafic low cost en Chine, estiment des analystes.

Le salon de Farnborough, qui se tient tous les deux ans en alternance avec celui du Bourget, ouvrira ses portes lundi pour une semaine près de Londres, dans une atmosphère un peu particulière après la bombe à fragmentation du Brexit dont les effets sur le secteur restent encore à déterminer.

"En l'absence d'un ralentissement économique mondial, la croissance de la flotte et la forte demande de remplacement devraient largement permettre d'absorber la production d'Airbus et Boeing prévue jusqu'en 2020", estime Bernstein dans une note.

Plus de 5.000 avions pourraient être remplacés dans les cinq à sept ans à venir, les compagnies cherchant à acquérir les nouveaux avions arrivant sur le marché, moins chers à exploiter, comme les long-courriers 787 et 777X de Boeing, l'Airbus A350 et les versions remotorisées de monocouloirs, A320neo et Boeing 737 MAX, ajoute la banque.

CANNIBALISATION

Mais cet attrait pour de nouveaux avions plus performants risque d'entamer la demande pour les gros porteurs traditionnels, comme l'A330, l'A380 et les Boeing 777 et 747-8, estiment les analystes, expliquant ainsi les hésitations d'Airbus et Boeing à proposer des versions plus grandes de leur long-courriers.

"Le pari des gros porteurs se basait essentiellement sur la saturation des trafics dans les très gros aéroports", rappelle Alain Guillot, consultant au sein du cabinet AlixPartners.   Suite...

 
Les incertitudes sur la croissance économique mondiale et la faiblesse de la demande en très gros porteurs jettent une ombre sur les perspectives de l'aéronautique, à l'occasion du salon de Farnborough, qui ouvrira ses portes lundi en Angleterre. Selon des analystes, l'attrait pour de nouveaux avions plus performants risque d'entamer la demande pour les Airbus A330 et A380 et les Boeing 777 et 747-8. /Photo d'archives/REUTERS/Kieran Doherty