L'Italie, nouvelle "ligne de faille" en Europe avec ses banques

mercredi 6 juillet 2016 11h56
 

par Crispian Balmer

ROME (Reuters) - Le plongeon en Bourse des banques italiennes depuis plusieurs mois témoigne des problèmes de fond du secteur bancaire en Italie, qui fragilisent le système financier de la troisième puissance économique de la zone euro, au risque de contaminer d'autres pays de l'Union européenne (UE).

Les déboires du secteur bancaire pourraient entraîner l'Italie dans une nouvelle récession et, dans le pire des cas, provoquer une crise à la grecque que l'Europe aurait toutes les peines du monde à maîtriser.

Les banques italiennes ploient sous une montagne de créances douteuses, nourrissant un sentiment croissant d'instabilité, y compris sur le plan politique.

Le président du Conseil Matteo Renzi a ainsi promis de démissionner s'il était désavoué en octobre lors d'un référendum sur une réforme de la constitution. Au vu des derniers sondages, il a toutes les chances de perdre.

"L'Italie subit une grave crise qui va encore en s'aggravant et ce, d'une façon non linéaire et non progressive mais exponentielle", dit Francesco Galietti, patron du consultant Policy Sonar, passé auparavant aux Finances. "Le déclencheur dans l'immédiat est la crise bancaire".

L'indice bancaire italien était en hausse de 0,3% mercredi matin mais il a perdu plus de 31% depuis que les Britanniques ont décidé par référendum, le 23 juin dernier, de quitter l'Union européenne (UE). Sa perte depuis le début de l'année est de 57%. L'indice bancaire de la zone euro, en recul de 1,4%, cède lui 22% et 37% respectivement sur ces périodes.

L'Italie est fragile, politiquement et financièrement, et même s'il n'y a quasiment aucun lien économique direct entre ses banques et le Brexit, tout choc d'envergure internationale y provoque des secousses de grande ampleur.

"L'Italie est avant tout la ligne de faille de l'Europe", a dit un ex-responsable du Fonds monétaire international (FMI).   Suite...

 
Le plongeon en Bourse des banques italiennes depuis plusieurs mois témoigne des problèmes de fond du secteur bancaire en Italie, qui fragilisent le système financier de la troisième puissance économique de la zone euro, au risque de contaminer d'autres pays de l'Union européenne (UE). Les déboires du secteur bancaire pourraient entraîner l'Italie dans une nouvelle récession et, dans le pire des cas, provoquer une crise à la grecque que l'Europe aurait toutes les peines du monde à maîtriser. /Photo d'archives/REUTERS/Max Rossi