La Cour des Comptes sceptique sur la baisse du déficit

mercredi 29 juin 2016 13h22
 

par Myriam Rivet

PARIS (Reuters) - L'objectif de la France de réduction du déficit public pour 2016 est atteignable, estime la Cour des comptes, qui prévient du risque de dérapage des dépenses mais se montre plus sceptique sur le chiffre visé pour 2017 en raison notamment de la multiplication des annonces depuis le début de l'année.

Le gouvernement prévoit de ramener le déficit public à 3,3% du produit intérieur brut (PIB) à la fin de l'année contre 3,6% en 2015 et compte, conformément à ses engagements à l'égard de ses partenaires européens, le faire repasser sous le seuil de 3% du PIB en 2017, avec un objectif de 2,7%.

"Pour 2016, la réduction du déficit visée est modeste (...) et atteignable, même si des risques significatifs pèsent sur les dépenses de l'État", observe la Cour dans son rapport annuel sur la situation et les perspectives des finances publiques, présenté mercredi.

Concernant les recettes, les prévisions du gouvernement apparaissent globalement solides, puisqu'elles se fondent sur un scénario macroéconomique jugé réaliste par le Haut Conseil des finances publiques dans son avis sur le Programme de stabilité d'avril dernier.

Mais ce diagnostic, finalisé le 22 juin, doit désormais être interprété sous réserve des conséquences éventuelles du Brexit décidé par les Britanniques le 23 juin, même si le gouvernement français et les économistes semblent écarter un impact sur la croissance 2016.

JUSQU'À 6,4 MILLIARDS D'EUROS POUR LES NOUVELLES DÉPENSES

Le respect de l'objectif de déficit "exigera une gestion très stricte des moyens (et) ne laisse aucune place à des décisions nouvelles conduisant à des hausses des dépenses", a précisé le premier président de la Cour, Didier Migaud, lors de son audition par la commission des Finances de l'Assemblée nationale.   Suite...

 
L'objectif de la France de réduction du déficit public pour 2016 est atteignable, estime la Cour des comptes, qui se montre plus sceptique sur le chiffre visé pour 2017, alors que le gouvernement a multiplié les annonces de nouvelles dépenses depuis le début de l'année. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau