Début morose pour les soldes d'été, plombés par la météo

mardi 28 juin 2016 17h58
 

PARIS (Reuters) - Les soldes d'été ont mal débuté en France, où une météo maussade ne favorise guère la chasse aux bonnes affaires alors que les enseignes regorgent de stocks après un printemps plombé par la pluie et les grèves.

Après cinq jours, une fois passé le premier week-end considéré comme un bon baromètre de la tendance générale, les ventes sont en recul malgré des rabais qui ont souvent atteint 40% dès les premiers jours.

Dans les réseaux des grandes chaînes de prêt-à-porter comme Zara (groupe Inditex) ou H&M, les ventes accusent une baisse d'environ 3%, selon les estimations de la Fédération des enseignes de l'habillement (FEH).

"Globalement, c'est assez morose. Il y a plus de stocks qu'au cours des saisons précédentes, l'Euro de football ne joue pas beaucoup et les touristes ne sont pas revenus", a déclaré à Reuters Didier Simon de Bessac, président exécutif de la FEH.

Dans les grands magasins, l'absence des touristes étrangers, très acheteurs de produits de luxe, pèse lourdement.

Aux Galeries Lafayette, où ils représentent 50% du chiffre d'affaires du magasin du boulevard Haussmann, les ventes étaient en baisse de plus de 10% au premier jour des soldes.

Les centres commerciaux évoquent quant à eux un "démarrage mou mais pas catastrophique".

"La fréquentation a légèrement progressé (+1%), et malgré des achats importants intervenus pendant les ventes privées qui ont précédé les soldes, les stocks demeurent importants", souligne Jean-Michel Silberstein, président du Conseil national des centres commerciaux.

Le marché de l'habillement accusait un recul de 1,6% au cours des cinq premiers mois de l'année, selon les chiffres de l'Institut français de la mode (IFM) qui anticipait, en décembre, un redressement du marché (+0,7%) sur l'ensemble de 2016.   Suite...

 
Les soldes d'été ont mal débuté en France, où une météo maussade ne favorise guère la chasse aux bonnes affaires alors que les enseignes regorgent de stocks après un printemps plombé par la pluie et les grèves. /Photo prise le 22 juin 2016/REUTERS/Jacky Naegelen