La croissance américaine au 1er trimestre revue en hausse à 1,1%

mardi 28 juin 2016 15h28
 

WASHINGTON (Reuters) - La croissance de l'économie américaine a ralenti au premier trimestre mais pas aussi fortement que ne le donnaient à penser les premières estimations, la progression des exportations et de certaines catégories d'investissements ayant compensé la faiblesse de la consommation des ménages.

Le produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis a progressé de 1,1% en rythme annualisé au cours des trois premiers mois de l'année, et non pas de 0,8% comme estimé en mai, a annoncé mardi le département du Commerce dans sa troisième estimation.

La croissance du PIB est ainsi révisée en hausse de 0,6 point par rapport à la première estimation publiée en avril.

Les économistes interrogés par Reuters s'attendaient à une révision à la hausse un peu moins forte avec une progression du PIB de 1,0% en rythme annualisé.

La croissance américaine avait été de 1,4% au quatrième trimestre 2015.

Certains indicateurs, comme les ventes au détail ou les ventes de logements, donnent à penser que l'économie américaine a regagné en vigueur au deuxième trimestre même si les investissements ne semblent pas repartir et que les créations d'emploi ont ralenti.

Janet Yellen, la présidente de la Réserve fédérale, a déclaré la semaine dernière devant le Congrès que les indicateurs macroéconomiques indiquaient une "hausse notable" de la croissance au deuxième trimestre. L'antenne de la Fed à Atlanta s'attend à une progression du PIB de 2,6% en rythme annualisé sur la période avril-juin.

La vigueur du dollar et la morosité de la demande mondiale ont pesé sur les exportations au premier trimestre mais ces dernières sont finalement ressorties en progression de 0,3% et non en contraction de 2,0%, comme estimé précédemment.

  Suite...

 
La croissance de l'économie américaine a bien ralenti au premier trimestre mais pas aussi fortement que ne le donnaient à penser les premières estimations. Le produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis a progressé de 1,1% en rythme annualisé au cours des trois premiers mois de l'année, et non pas de 0,8% comme estimé en mai, /Photo d'archives/REUTERS/Gary Cameron