Osborne assure que Londres peut assumer les remous post-Brexit

lundi 27 juin 2016 13h27
 

par William James

LONDRES (Reuters) - Le ministre des Finances britannique, George Osborne, a déclaré lundi que l'économie du Royaume-Uni était suffisamment solide pour assumer la volatilité née du vote favorable à la sortie de l'Union européenne, dont les dirigeants réclament un divorce rapide et sans traitement de faveur.

S'exprimant pour la première fois depuis le référendum, George Osborne a dit qu'il était en contact étroit avec la Banque d'Angleterre et avec des responsables économiques et financiers internationaux pour assurer la stabilité pendant les négociations avec l'UE.

"Notre économie est aussi solide que possible pour faire face aux défis auxquels notre pays est dorénavant exposé", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse avant l'ouverture des marchés financiers. "Il est inévitable qu'à l'issue du vote de jeudi, l'économie britannique devra s'adapter à la situation nouvelle dans laquelle nous nous trouvons".

Le ministre des Finances a reconnu que les finances publiques du pays souffriraient du Brexit mais il a ajouté que de nouvelles mesures budgétaires ne seraient pas proposées avant l'automne, quand un nouveau Premier ministre sera choisi, vraisemblablement au mois d'octobre.

George Osborne avait prévenu avant le référendum qu'un collectif budgétaire s'imposerait et que le pays risquait de subir une perte de confiance envers ses finances publiques si le "Leave" l'emportait le 23 juin.

"Il faudra prendre des décisions pour gérer l'impact sur les finances publiques mais il est évidemment tout à fait sensé d'attendre jusqu'à ce que nous ayons un nouveau Premier ministre pour en fixer la teneur", a-t-il expliqué lundi.

LA BAISSE DES BOURSES ET DE LA LIVRE CONTINUE   Suite...

 
Selon le ministre des Finances britannique George Osborne, qui s'exprimait pour la première fois en public depuis le Brexit, la décision de la Grande-Bretagne de quitter l'Union européenne sera sans doute synonyme d'un regain de volatilité des marchés financiers mais l'économie est suffisamment solide pour affronter les défis qui se présentent. /Photo prise le 16 juin 2016/REUTERS/Stefan Wermuth