Le chômage est reparti en légère hausse en mai

vendredi 24 juin 2016 19h35
 

PARIS (Reuters) - Le chômage est reparti à la hausse en mai en France après deux mois consécutifs de recul, sous l'effet d'un nombre élevé de réinscriptions après les nombreuses désinscriptions pour défaut d'actualisation des dossiers du mois d'avril.

Le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A (sans aucune activité) a progressé de 0,3% sur un mois, à 3.520.300, soit 9.200 personnes de plus qu'à fin avril, selon les chiffres publiés vendredi par le ministère du Travail.

En ajoutant les catégories B et C (personnes exerçant une activité réduite), le nombre d'inscrits à Pôle emploi augmente de 0,6 %, soit 31.300 personnes de plus en un mois, à 5.428.300 (5.726.400 en incluant les départements d'Outre-mer, également en hausse de 0,6 % sur un mois).

Ce rebond intervient après deux mois de baisse, de 1,7% en mars et de 0,6% en avril pour la catégorie A. En associant les catégories A, B et C, le recul s'était élevé à 0,2% en mars et à 1,0% en avril.

La ministre du Travail, Myriam El Khomri, souligne dans un communiqué que "les divers événements du mois de mai ont pu impacter l’activité mais les perspectives de croissance et de créations d’emploi pour 2016 sont positives."

"AMÉLIORATION EN PROFONDEUR", JUGE MYRIAM EL KHOMRI

Au lendemain d'une nouvelle journée de mobilisation des opposants au projet de loi Travail, le Medef déclare dans un communiqué que "la hausse du chômage montre que la timide reprise, notamment engagée grâce au Pacte de responsabilité, a été entravée par les blocages de ces dernières semaines."

La CGT, fer de lance de la mobilisation contre ce texte, avait tenté fin mai-début juin de paralyser l'économie française en organisant le blocage des raffineries et des dépôts de carburants avant d'étendre le mouvement au secteurs du nucléaire, des transports mais aussi de la collecte et du traitement des ordures.   Suite...

 
Le chômage est reparti à la hausse en mai en France après deux mois consécutifs de recul, sous l'effet d'un nombre élevé de réinscriptions après les nombreuses désinscriptions pour défaut d'actualisation des dossiers du mois d'avril. /Photo prise le 4 mars 2016/REUTERS/Régis Duvignau