Le Brexit fait plonger les Bourses mondiales et la livre

vendredi 24 juin 2016 18h26
 

LONDRES/PARIS (Reuters) - Les Bourses ont fortement reculé vendredi à travers le monde après le choc provoqué par le vote des Britanniques en faveur d'une sortie de l'Union européenne, qui a fait dévisser la livre sterling et secoue l'ensemble des marchés mondiaux.

La saignée a été générale en Europe, tous les secteurs étant affectés, et en premier lieu les banques, dont l'indice sectoriel Stoxx a plongé de 14,28%. A l'inverse, les investisseurs se sont rués sur les valeurs refuges comme les obligations d'Etat allemandes, le yen, le franc suisse ou l'or.

Le choc est tel qu'il pourrait contraindre la Banque centrale européenne (BCE) à assouplir de nouveau sa politique monétaire dans les mois à venir et la Réserve fédérale américaine à renoncer à ses projets de hausse des taux cette année.

À Paris, l'indice CAC 40 a terminé la journée en baisse de 8,04% à 4.106,73 points, après un plus bas à 4.007,97. À Francfort, le Dax a cédé 6,82% alors qu'à Londres, le FTSE-100 abandonnait 3,15%. A Milan, la baisse a dépassé 12%, la plus forte baisse jamais subie par le marché italien.

Après avoir dégringolé dès les premiers échanges, les grands indices ont regagné du terrain dans l'après-midi après l'ouverture de Wall Street, dont le recul reste relativement limité. Au plus bas, le "Footsie" londonien perdait 8,67%.

Au moment de la clôture en Europe, le Dow Jones affichait une baisse de 2,5%.

L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro a quant à lui perdu 8,62% et le FTSEurofirst 300 6,36%.

L'onde de choc est mondiale puisque la Bourse de Tokyo a perdu près de 8%.

Les banques britanniques ont été les premières touchées avec des plongeons de 17,7% pour Barclays, 21% pour Lloyds et 18,04% pour Royal Bank of Scotland. Leurs homologues de la zone euro ont également souffert avec des reculs compris entre 14% et 23% pour les françaises BNP Paribas et Société générale, l'allemande Deutsche Bank, l'espagnole Banco Santander ou encore l'italienne Intesa Sanpaolo.   Suite...

 
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES