Les investisseurs hantés par le spectre des années 1930

mercredi 22 juin 2016 16h19
 

par Mike Dolan

LONDRES (Reuters) - Les investisseurs se tournent de plus en plus vers les années 1930 pour tenter de conjurer leurs craintes face à la montée du protectionnisme, des nationalismes et de la "déglobalisation", encore alimentées par la campagne du référendum britannique sur le maintien du Royaume-Uni au sein de l'Union européenne.

Les dégâts qu'un possible Brexit à l'issue du scrutin de jeudi infligerait à la croissance et aux échanges internationaux seraient amplifiés par la fragilité de l'économie mondiale, mal armée pour affronter des chocs politiques.

Les inquiétudes sur la dynamique du commerce mondial, la faiblesse de la croissance et des rendements sur les investissements en chute libre n'ont rien de nouveau depuis l'éclatement de la crise financière de 2008-2009 mais ces tendances se sont encore accentuées cette année.

La stagnation des échanges internationaux a déjà conduit l'économie mondiale au bord de la récession pour une deuxième fois en une décennie, avec une croissance à peine supérieure à 2,0%-2,5%, niveau considéré comme insuffisant par nombre d'économistes pour éviter un recul du produit intérieur brut par tête.

Le volume des échanges internationaux sur les trois premiers mois de l'année s'est contracté par rapport aux trois mois précédents, selon les données du bureau d'analyse de la politique économique (CPB) néerlandais, qui font référence en la matière.

Il s'agit de son plus fort recul depuis 2009 et sa croissance de 3% l'an en moyenne sur les sept dernières années est moitié moindre que celle qui a prévalu au cours des 25 années précédentes, souligne le gestionnaire d'actifs suisse Pictet.

Les flux financiers internationaux ne sont pas en reste. La croissance des flux d'investissement direct rapportée au PIB mondial est au plus bas depuis les années 1990 et celle des crédits bancaires transfrontaliers est à l'arrêt alors qu'elle atteignait 10% l'an sur la période 1998-2008.

Passant en revue les grands thèmes d'investissement des cinq prochaines années, Pictet a fait de l'avenir de la globalisation un facteur structurant.   Suite...

 
Les investisseurs se tournent de plus en plus vers les années 1930 pour tenter de conjurer leurs craintes face à la montée du protectionnisme, des nationalismes et de la "déglobalisation", encore alimentées par la campagne du référendum britannique sur le maintien du Royaume-Uni au sein de l'Union européenne. /Photo d'archives/REUTERS/Toby Melville