June 17, 2016 / 8:12 AM / a year ago

Gamesa et Siemens officialisent leur alliance dans l'éolien

3 MINUTES DE LECTURE

Gamesa et Siemens ont signé un accord définitif sur la création d'un nouveau numéro un mondial de la construction d'éoliennes en regroupant leurs forces dans l'éolien en mer et dans les pays émergents. La coentreprise, qui affichera un carnet de commandes d'environ 20 milliards d'euros, dépassera le danois Vestas en termes de parts de marché. /Photo prise le 17 juin 2016/Andrea Comas

MADRID/FRANCFORT (Reuters) - Siemens et Gamesa ont annoncé vendredi un accord définitif sur la création d'un nouveau numéro un mondial de la construction d'éoliennes en regroupant leurs forces dans l'éolien en mer et dans les pays émergents.

La coentreprise, qui affichera un carnet de commandes d'environ 20 milliards d'euros, dépassera le danois Vestas en termes de parts de marché et sera présent aussi bien dans des marchés matures tels que l'Amérique du Nord et l'Europe que dans des pays émergents comme l'Inde, le Mexique et le Brésil.

Gamesa détiendra 41% du capital de la coentreprise et Siemens 59%, ont précisé les deux groupes dans un communiqué, ajoutant que les actionnaires de Gamesa percevraient un dividende exceptionnel de 1,04 milliard d'euros avant la fusion avec Siemens.

Les synergies permises par l'opération devraient représenter une contribution de 230 millions d'euros au résultat d'exploitation (Ebit) d'ici quatre ans, a précisé Gamesa.

En Bourse, l'action Siemens gagnait 1,39% à 92,15 euros en Bourse de Francfort à 12h45 GMT. Au même moment à Madrid, Gamesa dont la cotation avait été suspendue jusqu'à 12h30 GMT, prenait 0,89% à 18 euros.

Siemens occupe une position dominante dans l'éolien maritime mais il est relativement mal placé dans le terrestre et d'une manière générale le conglomérat industriel a du mal à rentabiliser cette activité.

Gamesa est en position de force en Amérique latine en particulier, une région où il a choisi de se développer lorsque, en 2013, le gouvernement espagnol a réduit les subventions aux énergies propres.

Le rapprochement entre Siemens et Gamesa est le dernier en date dans une industrie éolienne qui s'est remise d'une mauvaise passe marquée par des pertes et des surcapacités et qui jouit à présent d'une hausse de la demande d'électricité non polluante.

Gamesa et Siemens avaient annoncé en janvier discuter d'un rapprochement dans l'éolien mais le projet a été freiné par les engagements français pris dans le cadre d'Adwen, la coentreprise dans l'éolien offshore entre Gamesa et Areva.

L'accord dévoilé vendredi est donc accompagné d'un avenant au pacte d'actionnaires d'Adwen qui donne à Areva un délai de trois mois pour céder sa participation dans Adwen à Gamesa, ou conclure la vente de 100% d'Adwen à un tiers.

"Les engagements souscrits au titre des appels d'offres portant sur les installations éoliennes de production d'électricité en mer en France métropolitaine resteront portés par Adwen", a précisé Areva dans un communiqué.

Jesus Aguado et Ludwig Burger, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below