Le difficile pari de Disney à Shanghaï

lundi 13 juin 2016 22h00
 

par Adam Jourdan

SHANGHAI (Reuters) - Disneyland ouvrira ses portes jeudi à Shanghaï mais le pari chinois de Walt Disney est loin d'être gagné face à des bambins élevés aux Boonie Bears ou autre Big Big Wolf, des personnages de séries animées locales, et à la concurrence d'autres parcs de loisirs dont le nombre ne cesse de croître.

Ce site, le premier que le groupe de Burbank ouvre en Grande Chine, représente un investissement de 5,5 milliards de dollars (4,9 milliards d'euros).

"Lorsqu'on demande aux enfants de donner leur personnage de dessin animé favori, très peu citent Mickey Mouse ou Donald Duck", observe Song Lei, directeur d'Animation-Comic-Game Group, organisateur du plus grand salon annuel de la bande dessinée, du dessin animé et du jeu en Asie.

"Pour eux, ce sont plutôt ceux qu'ils voient à la télévision, ceux qui les accompagnent tous les jours", ajoute-t-il, évoquant le duo des Boonie Bears ou le cochon espiègle, doté de super-pouvoirs, GG Bond.

En outre, les dessins animés importés sont interdits à la télévision en fin d'après-midi, soit au moment où l'audience infantile est la plus forte.

L'attitude de la Chine envers Disney est ambiguë, témoin de la contradiction régnant entre un fort sentiment nationaliste et le désir d'une classe moyenne en plein essor de goûter à la société de consommation à l'occidentale.

"PROPAGANDE INVISIBLE"   Suite...

 
Magasin Disney à Shanghaï. Disneyland ouvrira ses portes jeudi dans la métrople chinoise mais le pari chinois de Walt Disney est loin d'être gagné face à des bambins élevés aux Boonie Bears ou autre Big Big Wolf, des personnages de séries animées locales, et à la concurrence d'autres parcs de loisirs. /Photo d'archives/REUTERS/Aly Song