Wall Street finit en baisse avec les banques et le pétrole

jeudi 9 juin 2016 23h11
 

par Caroline Valetkevitch

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a fini en baisse jeudi, plombée comme les autres places mondiales par un bond des marchés obligataires et un recul des prix du pétrole, mais en réduisant ses pertes en fin de séance.

L'indice Dow Jones a cédé 19,86 points ou 0,11% à 17.985,15, terminant 70 points au-dessus de son point bas du matin mais sans revenir sur le seuil des 18.000 points franchi mercredi pour la première fois depuis le 27 avril.

Le Standard & Poor's-500, plus large, a perdu 3,64 points, soit 0,17%, à 2.115,48 et le Nasdaq Composite a reculé de 16,03 points (0,32%) à 4.958,62.

La place américaine a suivi les Bourses européennes à la baisse après des déclarations de Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne, qui a averti que la politique monétaire seule ne pouvait pas redresser l'économie de la zone euro.

Dans le cadre de sa politique ultra-accommodante, la BCE rachète désormais des obligations d'entreprise, ce qui, avec les incertitudes entourant le référendum britannique du 23 juin sur l'Union européenne, a poussé les rendements de la dette souveraine allemande et britannique à des plus bas records.

Les rendements des emprunts du Trésor américain ont de leur côté reculé à leur plus bas niveau depuis trois mois et demi, les intervenants ne croyant plus à une hausse des taux de la Réserve fédérale lors de sa prochaine réunion des 14 et 15 juin.

En baisse plus forte que prévu, la statistique des inscriptions hebdomadaires au travail a tempéré jeudi l'effet négatif des chiffres de l'emploi de mai publiés vendredi dernier mais sans remettre en cause la perspective d'un statu quo sur les taux la semaine prochaine.

La baisse des taux longs, avec le rendement du T-Bond à 10 ans à 1,68%, au plus bas depuis le 24 février, a pesé sur le compartiment bancaire tandis que les valeurs pétrolières ont pâti du repli de 1,3% des cours du pétrole après trois séances de hausse.   Suite...

 
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS