L'accord Canal+/beIN bloqué par l'Autorité de la concurrence

jeudi 9 juin 2016 17h58
 

par Gwénaëlle Barzic et Mathieu Rosemain

PARIS (Reuters) - L'Autorité de la concurrence s'oppose à l'accord de distribution exclusive entre la filiale de Vivendi Canal+ et beIN Sports, infligeant un revers cinglant à Vincent Bolloré qui avait présenté le projet comme essentiel pour redresser la chaîne cryptée.

Le gendarme de la concurrence a refusé de lever l'interdiction faite en 2012 à la chaîne cryptée de distribuer une chaîne sportive payante, empêchant de facto la signature du partenariat annoncé en février.

Le régulateur, qui aurait pu se contenter d'encadrer l'accord avec des conditions contraignantes, a finalement choisi la solution la plus radicale, donnant rendez-vous à Canal+ l'an prochain dans le cadre d'une remise à plat générale des règles encadrant la télévision payante.

L'Autorité de la concurrence a une fois de plus marqué son indépendance alors que les dirigeants de Vivendi avaient multiplié les déclarations alarmistes ces dernières semaines sur l'état de santé de Canal+, "en situation de faillite" selon Vincent Bolloré qui a menacé d'"arrêter le robinet" des chaînes françaises.

"Je pense personnellement que ce n'est pas cet accord qui aurait restauré la rentabilité financière de Canal+ déplorée par son principal actionnaire. Cet accord aurait surtout beaucoup coûté au début", a expliqué le président de l'Autorité de la concurrence, Bruno Lasserre, lors d'une conférence de presse, évoquant un coût pour Canal+ compris entre 300 et 400 millions d'euros par an.

Tout en reconnaissant la difficile équation financière de Canal+ qui doit faire face à l'inflation du coût des droits sportifs et à la baisse de ses revenus publicitaires, il a estimé que la chaîne, dont l'offre unique au prix élevé d'environ 40 euros est dépassée, avait du travail à faire pour séduire les petits budgets.

CANAL RÉFLÉCHIT À D'"AUTRES SOLUTIONS"   Suite...

 
L'Autorité de la concurrence oppose son veto au projet d'accord de distribution exclusive entre la filiale de Vivendi Canal+ et les chaînes qataries beIN Sports, selon une source proche du dossier. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau