8 juin 2016 / 10:57 / il y a un an

Baisse modérée des Bourses européennes à la mi-séance

PARIS (Reuters) - A l‘exception de Londres, inchangée, les Bourses européennes sont en baisse modérée mercredi à la mi-séance, la nouvelle progression des valeurs pétrolières et de celles liées aux matières premières ne parvenant pas cette fois à tirer l‘ensemble de la cote vers le haut dans un contexte d‘inquiétudes renouvelées au sujet de la conjoncture mondiale.

A l'exception de Londres, inchangée, les Bourses européennes sont en baisse modérée mercredi à la mi-séance. À Paris, le CAC 40 perd 0,36% à 4.459,85 points vers 10h40 GMT. À Francfort, le Dax recule de 0,49% et à Londres, le FTSE est à l'équilibre grâce au compartiment des matières premières. /Photo d'archives/REUTERS/Lisi Niesner

De son côté, Wall Street, où le S&P 500 a clôturé mardi à environ 1% de son record historique de 2.134,72 points inscrit le 20 mai 2015, est à ce stade attendue en hausse de plus de 0,1%.

À Paris, le CAC 40 perd 0,36% (-16,01 points) à 4.459,85 points vers 10h40 GMT. À Francfort, le Dax recule de 0,49% et à Londres, le FTSE est à l‘équilibre grâce au compartiment des matières premières. L‘indice paneuropéen FTSEurofirst 300 cède 0,4% et l‘EuroStoxx 50 de la zone euro 0,48%.

Les exportations chinoises ont reculé de 4,1% sur un an en mai, tandis que les importations n‘ont reculé que de 0,4%, selon les données publiées mercredi par l‘administration générale des douanes. Les économistes interrogés par Reuters avaient anticipé une baisse de 3,6% des exportations et une chute de 6,0% des importations.

Dans la foulée de la publication de cet indicateur, la banque centrale chinoise a dit qu‘elle anticipait toujours une croissance de 6,8% pour le pays cette année, une augmentation plus forte qu‘initialement projeté des investissements en actifs immobilisés devant compenser l‘effet négatif de la diminution des exportations.

Mais, avant l‘annonce des chiffres du commerce extérieur chinois, la Banque mondiale a annoncé avoir abaissé d‘un demi-point de pourcentage sa projection de croissance de l‘économie mondiale en 2016, à 2,4%, l‘institution évoquant la persistance du bas niveau des cours de matières premières, la demande mitigée dans les économies développées, la faiblesse du commerce et une réduction des flux de capitaux.

“Les données chinoises relatives aux exportations sont quelque peu décevantes et l‘abaissement des prévisions de la Banque mondiale constitue un autre motif pour être plutôt vendeur sur les marchés”, a déclaré Richard Griffiths, directeur associé chez Berkely Futures.

La hausse des importations de matières premières par la Chine dope les cours de ces dernières, le cours du cuivre progressant de 0,35%, celui de l‘aluminium de 2,14%, celui du zinc 1,17% et celui du pétrole de plus de 1%.

Le Brent a atteint un nouveau pic de huit à plus de 52 dollars le baril et le brut léger américain (WTI), à plus de 51 dollars, est à un plus haut de 11 mois.

La progression des cours des matières premières est accentué par le dollar, qui perd 0,1% par rapport à panier de devises internationales, restant coincé à un creux de quatre semaines depuis qu‘il paraît acquis que la Réserve fédérale ne relèvera pas ses taux la semaine prochaine.

L‘indice regroupant les valeurs européennes liées aux matières premières affiche la deuxième plus forte hausse sectorielle, avec un gain de 0,65%. Il semble parti pour enchaîner sa cinquième séance de hausse de suite et accroît à 16,5% sa progression depuis le début de l‘année.

L‘indice pétrolier, en passe de finir la journée sur une troisième hausse de suite, gagne 0,53%. Le compartiment des “utilities” (+0,84%) enregistre la progression sectorielle la plus marquée.

La plupart des autres compartiments sont en baisse, avec notamment un recul de plus de 1% pour le secteur bancaire et celui lié au tourisme et au transport aérien.

A contre-courant de la tendance et de son secteur, l‘action Fiat Chrysler Automobiles progresse de 1,8%, peut-être soutenue par une information de presse disant que le constructeur automobile italo-américain a entamé des discussions en vue d‘un partenariat avec Uber, le géant américain des voitures avec chauffeur.

Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below