Gucci, très optimiste, pense faire deux fois mieux que le marché

vendredi 3 juin 2016 18h09
 

par Pascale Denis

LONDRES (Reuters) - Gucci a vu ses ventes fortement accélérer depuis le mois de mars et pense être en bonne voie pour pouvoir à moyen terme croître plus de deux fois plus vite que le marché du luxe, malgré un environnement difficile.

Repris en main début 2015 après deux ans de déclin par l'ancien dirigeant de Bottega Veneta, le principal centre de profit de Kering a fait l'objet d'un profond renouvellement stylistique sous la houlette de son nouveau designer Alessandro Michele.

"Nous avons eu en mars une très forte progression des produits vendus à plein tarif (...) y compris dans les sacs, et la tendance s'est encore accélérée en avril et mai", a déclaré Marco Bizzarri lors d'une rencontre avec la presse à l'occasion du défilé "croisière" de Gucci à Londres.

Les magasins rénovés comme les boutiques ayant fait l'objet d'un rafraîchissement plus cosmétique connaissent des croissances à deux chiffres depuis mars.

La demande locale est très forte en Europe comme aux Etats-Unis et en Chine, où elle repart de l'avant, a-t-il dit, précisant que les ventes des magasins parisiens avaient grimpé de plus de 10% depuis janvier malgré les attentats qui ont fait fuir les touristes.

La marque au style "hippie chic" devenu distinctif, coloré et mêlant les imprimés, a rajeuni sa clientèle et vu son chiffre d'affaires grimper de 50% auprès de la jeune génération des 25-35 ans, cible clé des acteurs du luxe.

Les ventes des sacs vendus à plein tarif sont en hausse de 7% depuis janvier, celles du prêt-à-porter grimpent de 66% et celles des chaussures de 46%, selon les chiffres rendus publics vendredi par Kering à l'issue d'une journée d'investisseurs.

Fort de sa nouvelle attractivité, Gucci pense pouvoir à moyen terme croître plus de deux fois plus vite que le marché du luxe, dont la hausse est attendue par Bain autour de 2% à 3%.   Suite...

 
Gucci a vu ses ventes fortement accélérer depuis le mois de mars et pense être en bonne voie pour pouvoir à moyen terme croître plus de deux fois plus vite que le marché du luxe, dont la croissance est attendue à 2-3%. A plus long terme, le maroquinier florentin pense atteindre la barre des 6,0 milliards d'euros de chiffre d'affaires, contre 3,89 milliards en 2015. /Photo prise le 2 juin 2016/REUTERS/Neil Hall