La Fed à contre-courant d'une vague mondiale de baisse des taux

mercredi 1 juin 2016 18h54
 

par Jamie McGeever

LONDRES (Reuters) - La divergence de politique monétaire entre la Réserve fédérale américaine et les autres banques centrales à travers le monde s'accentue, la première préparant le terrain à une nouvelle hausse de ses taux directeurs quand les autres agissent en sens inverse.

Pas moins de 53 banques centrales ont assoupli leur politique monétaire depuis le début de l'année dernière, en abaissant leurs taux directeurs dans la plupart des cas.

Le rythme d'assouplissement des politiques monétaires s'est même accéléré récemment, alors que la Fed se rapproche de la deuxième étape du cycle de hausse de taux amorcé en décembre.

"Je n'arrive même pas à me rappeler d'une situation comparable dans le passé", dit Torsten Slok, chargé de l'économie internationale pour la Deutsche Bank et ancien économiste au Fonds monétaire international.

"Lorsque j'étais au FMI, il n'y avait qu'un cycle économique mondial. A la fin des années 1990 et au début des années 2000, un découplage comme celui que nous connaissons actuellement aurait été impossible."

Les risques déflationnistes liés au plongeon des cours du pétrole au second semestre 2014 ont été la principale raison poussant les banques centrales à l'action : quatorze d'entre elles ont assoupli leur politique monétaire en janvier 2015, 11 en février et 12 en mars.

Le nombre mensuel de baisses de taux a ensuite diminué au fil de l'année pour tomber à trois en août et en octobre avant que la Fed ne décide de sa première hausse de taux en une décennie.

  Suite...

 
La divergence de politique monétaire entre la Réserve fédérale américaine et les autres banques centrales à travers le monde s'accentue, la première préparant le terrain à une nouvelle hausse de ses taux directeurs quand les autres agissent en sens inverse. A man walks past the Federal Reserve Bank in Washington, D.C., U.S. December 16, 2015. The Federal Reserve recorded more than 50 cyber breaches between 2011 and 2015, with several incidents described internally as "espionage", according to records obtained by Reuters.  REUTERS/Kevin Lamarque/File Photo - RTX2F4EE