Le G7 veut stimuler la croissance et redoute un Brexit

vendredi 27 mai 2016 09h49
 

par Tetsushi Kajimoto

ISE-SHIMA (Japon) (Reuters) - Les dirigeants du G7 ont jugé vendredi la croissance mondiale toujours inférieure à son potentiel et plaidé pour des politiques budgétaires et monétaires coordonnées visant à stimuler l'activité économique, tout en laissant chaque pays libre de sa méthode.

"Nous avons renforcé la résilience de nos économies en vue d'éviter de tomber dans une nouvelle crise, et à cette fin, nous nous engageons à renforcer nos efforts pour faire face à la situation économique actuelle, en prenant toutes les mesures appropriées en temps voulu", annoncent les leaders du groupe dans leur communiqué final.

Les Sept s'engagent à éviter toute dévaluation compétitive de leurs devises, en mettant en garde contre les mouvements de change incontrôlés.

L'annonce représente un compromis entre le Japon, qui a menacé d'intervenir sur sa monnaie pour empêcher de brusques appréciations du yen, et les Etats-Unis, opposés par principe à toute intervention sur les marchés.

"La croissance mondiale reste modérée et inférieure à son potentiel tandis que les risques d'une croissance faible persistent", indique le communiqué publié à l'issue du sommet d'Ise-Shima. "La croissance mondiale est notre priorité", poursuit-il.

Les dirigeants souhaitent l'adoption d'"une panoplie de mesures plus efficace et plus équilibrée" afin d'atteindre une croissance "forte et durable", tout en poursuivant des efforts pour maintenir le rapport dette-PIB dans une trajectoire viable.

Shinzo Abe a souligné la nécessité d'une certaine souplesse dans les politiques budgétaires, alors que des pays comme l'Allemagne ou le Royaume-Uni ne cachent pas leurs réticences face aux programmes de relance par la dépense publique.

  Suite...

 
Au dernier jour du G7 à Ise-Shima au Japon, chefs d'Etat et de gouvernement ont jugé la croissance mondiale toujours inférieure à son potentiel et plaidé pour des politiques budgétaires et monétaires coordonnées visant à stimuler l'activité économique, tout en laissant chaque pays libre de sa méthode.  /Photo prise le 27 mai 2016/ REUTERS/Jeon Heon-Kyun/Pool