La zone euro soulagée par le compromis sur la dette grecque

mercredi 25 mai 2016 17h40
 

par Jan Strupczewski et Francesco Guarascio

BRUXELLES (Reuters) - La Grèce a obtenu mercredi la promesse la plus ferme à ce jour d'un allègement futur du fardeau de sa dette avec l'accord conclu à Bruxelles par les ministres des Finances de la zone euro, enfin soutenu par le Fonds monétaire international.

Cet accord, fruit d'un compromis attendu de longue date entre le FMI, qui souhaitait alléger immédiatement le poids de la dette grecque, et l'Allemagne, qui s'y refusait, éloigne le risque d'une nouvelle crise à l'échelle européenne cette année.

Après des pourparlers qui se sont achevés au milieu de la nuit, les ministres ont donné leur aval au déblocage de 10,3 milliards d'euros de nouveaux prêts à Athènes, une mesure qui récompense notamment les multiples efforts budgétaires et fiscaux consentis par la coalition d'Alexis Tsipras et les six ans d'obscurité subis par les Grecs.

Une première tranche de 7,5 milliards d'euros sera allouée le mois prochain, une autre de 2,8 milliards ultérieurement.

Plus important encore, les ministres des Finances se sont mis d'accord sur le principe d'un allègement de la dette en 2018, dans le cas de figure où le pays en aurait besoin pour se conformer aux critères du plan de sauvetage.

Toutefois, le ministre des Finances allemand, Wolfgang Schäuble, s'est abstenu dans l'immédiat de tout engagement concernant un rééchelonnement de la dette grecque car il lui aurait fallu pour cela l'aval d'un Parlement sceptique avant les élections législatives qui auront lieu en 2017.

"Il n'y a aucun changement majeur au programme (d'aide à la Grèce), donc il n'est pas nécessaire qu'il y ait un vote préalable au Bundestag", a-t-il dit lors d'une conférence de presse, en parlant de bon résultat.

  Suite...

 
La Grèce a obtenu la promesse la plus ferme à ce jour d'un allègement futur du fardeau de sa dette avec l'accord conclu à Bruxelles par les ministres des Finances de la zone euro, enfin soutenu par le Fonds monétaire international. Cet accord, fruit d'un compromis attendu de longue date entre le FMI, qui souhaitait alléger immédiatement le poids de la dette grecque, et l'Allemagne, qui s'y refusait, éloigne le risque d'une nouvelle crise à l'échelle européenne cette année. /Photo prise le 6 juillet 2015/REUTERS/François Lenoir