Les grandes banques en recul sur les changes, Citi reste N°1

mercredi 25 mai 2016 16h37
 

par Jamie McGeever

LONDRES (Reuters) - Les grandes banques qui dominent traditionnellement le marché des changes, le plus important marché financier mondial avec plus de 5.000 milliards de dollars échangés quotidiennement, cèdent du terrain au profit d'intervenants plus petits, montre un classement annuel réalisé par Euromoney publié mercredi.

Citi continue de faire la course en tête avec une part de marché de 12,9%, en retrait sensible par rapport à celle de 16,1% de l'année précédente, selon l'enquête sur les intervenants du marché des changes d'Euromoney.

XTX Markets occupe la neuvième place et s'affiche ainsi comme le premier des apporteurs de liquidité non bancaire à intégrer le palmarès des dix intervenants les plus actifs sur le marché.

Les cinq premières banques les plus actives sur le marché des changes ont d'ailleurs vu leur part de marché cumulée tomber à un point bas de 44,7% sous l'effet de la concurrence des nouveaux entrants et d'un accroissement de l'automatisation des transactions. La part de marché de Deutsche Bank a été pratiquement divisée par deux, à 7,9%.

"Il y a eu des changements sans précédent dans les classements globaux. Le recul de la part de marché cumulée des cinq principales banques est le principal changement cette année", a souligné Euromoney.

Le classement annuel d'Euromoney est traditionnellement dominé par les grandes banques internationales et les cinq plus actives sur le marché des changes détenaient 61,5% du marché en 2009. Les dix premières en contrôlaient alors près de 80%.

LES BANQUES EUROPÉENNES EN PERTE DE VITESSE   Suite...

 
Les grandes banques qui dominent traditionnellement le marché des changes, le plus important marché financier mondial avec plus de 5.000 milliards de dollars échangés quotidiennement, cèdent du terrain au profit d'intervenants plus petits. Citi continue de faire la course en tête avec une part de marché de 12,9%, en retrait sensible par rapport à celle de 16,1% de l'année précédente, selon l'enquête d'Euromoney. /Photo d'archives//.  REUTERS/Lucy Nicholson