Des voix s'élèvent à la BCE pour plus d'intégration en zone euro

mercredi 25 mai 2016 16h34
 

par Balazs Koranyi et Angus Berwick

MADRID (Reuters) - L'Union européenne (UE) doit dégager plus de croissance économique pour apaiser sa population et regagner sa confiance mais, dans la mesure où la politique monétaire est près d'atteindre ses limites, davantage d'intégration s'impose, estiment des banquiers centraux.

S'ils ont des opinions divergentes quant à l'avenir de la zone euro, François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France, et son homologue néerlandais Klaas Knot s'accordent au moins sur l'idée que la zone euro est devenue trop dépendante des mesures de relance de la Banque centrale européenne (BCE) et doit se réinventer.

"Ce que peut la politique monétaire en termes de croissance est très limité", a déclaré Klaas Knot lors d'une conférence à Madrid. "La relance monétaire atteint ses limites et si elle reste en place trop longtemps, elle produit des effets secondaires négatifs tels que des déséquilibres financiers et une mauvaise allocation des ressources dans l'ensemble de l'économie".

En amenant les taux en territoire négatif, en rachetant pour 1.700 milliards d'euros d'actifs et en refinançant le secteur bancaire à des conditions très généreuses, la BCE a permis à la zone euro de dépasser son potentiel de croissance, réalisant sa meilleure performance depuis la crise financière.

Mais des performances économiques inégales entre pays de la zone euro ont mis à mal l'idée de convergence économique et l'existence même du bloc s'en trouve remise en question avec une érosion de la confiance publique et une montée des tensions sociales.

LA VOLONTÉ POLITIQUE FAIT DÉFAUT

Le gouverneur de la Banque de France estime toutefois que la relative stabilité de la zone euro permet la réforme. Selon Villeroy de Galhau, qui, comme Klaas Knot siège au conseil des gouverneurs de la BCE, il faut de toute urgence créer dans la zone euro un organisme de coordination des politiques budgétaires et structurelles nationales, dirigé par un puissant ministre des Finances disposant de son propre budget.   Suite...

 
S'ils ont des opinions divergentes quant à l'avenir de la zone euro, François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France, et son homologue néerlandais Klaas Knot s'accordent au moins sur l'idée que la zone euro est devenue trop dépendante des mesures de relance de la Banque centrale européenne (BCE) et doit se réinventer et créer de toute urgence un organisme de coordination des politiques budgétaires et structurelles nationales  /Photo d'archives/REUTERS/Vincent Kessler