24 mai 2016 / 12:37 / il y a un an

Le FMI note une reprise en France et prône de nouvelles réformes

Le Fonds monétaire international (FMI) a relevé sa prévision de croissance de l'économie française en 2016, à "près de 1,5%" contre 1,1% précédemment tout en préconisant de nouvelles réformes pour réduire le chômage et la dette publique. /Photo d'archives/Charles Platiau

PARIS (Reuters) - Le Fonds monétaire international (FMI) a relevé sa prévision de croissance de l'économie française en 2016, à "près de 1,5%" contre 1,1% précédemment tout en préconisant de nouvelles réformes pour réduire le chômage et la dette publique.

Alors que la contestation syndicale de la réforme du Code du travail se tend, le FMI souligne dans les conclusions préliminaires de sa revue annuelle de l'économie française que la loi El Khomri, en cours d'examen au Parlement, constituerait une avancée supplémentaire pour améliorer le marché du travail français.

Les prévisions du FMI se rapprochent de celles du gouvernement, qui a confirmé son scénario d'une hausse de 1,5% du produit intérieur brut (PIB) cette année après l'annonce d'une progression de 0,5% au premier trimestre.

La Commission européenne et l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) se montrent moins optimistes et tablent respectivement sur une croissance de 1,3% et 1,2% en 2016.

Le FMI voit ensuite une croissance annuelle de 1,75% en moyenne au cours des cinq prochaines années.

PAS D'ÉQUILIBRE BUDGÉTAIRE SANS NOUVELLES RÉFORMES

Dans ce contexte de reprise économique, l'organisme basé à Washington estime que les efforts budgétaires doivent être renforcés. Il fait état d'un effort d'ajustement budgétaire structurel qui "a ralenti et est presque nul", en soulignant que la baisse du déficit public (à 3,6% du PIB en 2015) a principalement été liée à la reprise conjoncturelle et à la diminution de la charge de la dette.

"Sans mesures supplémentaires, la France atteindra à peine l'objectif d'un déficit public de 3% du PIB en 2017 et l'objectif d'équilibre structurel semble hors de portée dans les cinq ans à venir", peut-on lire dans ce rapport publié mardi.

Le FMI souligne que le programme de consolidation budgétaire du gouvernement est vulnérable à d'éventuels nouveaux chocs, d'autant plus qu'il devient de plus en plus difficile de trouver des économies destinées à compenser de potentielles nouvelles dépenses.

"Comme il n'y a quasiment plus de marge de manoeuvre budgétaire, il est important que la France ne rate pas l'opportunité qu'offre la reprise économique en cours d'accroître les efforts pour reconstituer ses amortisseurs budgétaires et assainir les finances publiques", juge-t-il.

"Ce qui nous préoccupe, c'est que l'effort budgétaire ralentit alors qu'au contraire la reprise économique devrait être mise à profit pour renforcer et accélérer cet effort", a déclaré Christian Mumssen, chef de la mission du FMI pour la France.

Tout en saluant les mesures prises par le gouvernement ces dernières années en faveur du marché de l'emploi - comme le pacte de responsabilité et de solidarité, le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) ou encore la loi Macron, le FMI souligne que "pour réduire durablement le chômage et la dette, des efforts supplémentaires s'imposent".

"La loi El Khomri est importante et nécessaire pour faciliter les embauches, augmenter la compétitivité de l'économie française et la flexibilité du marché du travail", a indiqué Christian Mumssen, en évoquant également le volet modernisation de l'économie prévu dans la loi anti-corruption dite "Sapin 2".

Les services du FMI recommandent parallèlement une refonte du système d'assurance chômage, qui fait actuellement l'objet de discussions entre les partenaires sociaux.

Ils suggèrent de renforcer les incitations au retour à l'emploi, par exemple en allongeant la durée de cotisation minimale, ou en mettant en place la dégressivité des allocations.

Parmi les autres pistes de réformes évoquées pour améliorer la situation budgétaire, le FMI souligne qu'il existe encore des pistes d'économie susceptibles d'être mises en oeuvre par la suite "sans affaiblir le modèle social français".

Il évoque notamment des marges de manoeuvre sur les retraites (pour retarder l'âge de départ effectif et rationaliser les régimes spéciaux) et le système de santé (recours plus large aux génériques, rationalisation des coûts dans les hôpitaux).

Myriam Rivet, édité par Jean-Baptiste Vey et Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below