Au G7, Japon et USA restent en désaccord sur les changes

samedi 21 mai 2016 12h49
 

par Leika Kihara et Tetsushi Kajimoto

SENDAI, Japon (Reuters) - Le Japon et les Etats-Unis n'ont pu que constater une nouvelle fois leurs divergences en matière de changes vendredi lors de la réunion ministérielle du G7, Washington laissant entendre que rien dans l'évolution actuelle du yen ne justifiait une intervention de Tokyo pour freiner l'appréciation de sa devise.

Le ministre japonais des Finances, Taro Aso, a réaffirmé la position de Tokyo, à savoir que des fluctuations excessives et désordonnées des taux de change étaient indésirables, sous-entendant que les autorités nippones n'hésiteraient pas à intervenir sur le marché si elles jugeaient que la hausse du yen n'était pas justifiée.

"Dans la lignée des engagements antérieurs du G7 et du G20, j'ai dit que la stabilité des taux de change était extrêmement importante car des mouvements excessifs et désordonnés pénaliseraient l'économie", a dit Taro Aso à la presse lors de la réunion des ministres des Finances et banquiers centraux du Groupe des Sept à Sendai, dans le nord-est du Japon.

Mais un responsable du Trésor américain a estimé que les fluctuations des taux de change ne pouvaient être jugées suffisamment "désordonnées" pour justifier une intervention que lorsqu'elles étaient la conséquence d'événements exceptionnels, comme le séisme et le tsunami qui ont frappé le Japon en mars 2011.

Il faut distinguer ce type de fluctuations de celles "qui peuvent se produire", a ajouté ce responsable, expliquant simplement qu'"on sait" quand les fluctuations sont réellement désordonnées.

"Il y a des accords, au G7 et au G20, depuis un certain nombre d'années, très solides et faciles à appliquer (...) mais qui nous engagent à nous restreindre de recourir à des objectifs de taux de change sauf dans des conditions désordonnées", a-t-il dit.

"UN GÂTEAU DE PLUS EN PLUS PETIT"   Suite...

 
A l'occasion de la réunion ministérielle du G7 à Sendai, le Japon et les Etats-Unis n'ont pu que constater une nouvelle fois leurs divergences en matière de changes vendredi, Washington laissant entendre que rien dans l'évolution actuelle du yen ne justifiait une intervention de Tokyo pour freiner l'appréciation de sa devise. /Photo prise le 19 mai 2016/REUTERS/Kyodo