Le projet d'EDF à Hinkley Point pourrait coûter plus cher

jeudi 12 mai 2016 18h51
 

par Benjamin Mallet et Geert De Clercq

PARIS (Reuters) - Le projet de construction de deux réacteurs nucléaires de type EPR à Hinkley Point, en Angleterre, comprend une marge supplémentaire pour les scénario extrêmes qui pourrait porter à 20,7 milliards de livres sterling (26,2 milliards d'euros environ) la facture totale du projet, a annoncé jeudi l'électricien public français.

EDF, qui détiendra 66,5% de Hinkley Point contre 33,5% pour le chinois CGN, a toujours évoqué jusqu'ici un coût total de 18 milliards de livre et n'avait jamais chiffré la marge supplémentaire de 15% en fonds propres prévue pour les aléas extrêmes.

"L'engagement en fonds propres des partenaires comprend une marge pour aléas et atteindrait ainsi un montant total de 13,8 milliards de livres sterling pour le groupe EDF et 6,9 milliards pour CGN", a-t-il fait savoir jeudi dans un communiqué confirmant la consultation de son comité central d'entreprise (CCE) sur les termes du partenariat avec CGN.

"Cela ne signifie pas que nous anticipions de quelconques surcoûts au-delà de 18 milliards de livres sterling", a précisé par la suite EDF dans un autre communiqué. "Cela est tout simplement conforme à la pratique normale et prudente dans tout projet d’infrastructure que de s'assurer que le financement sera toujours disponible y compris dans des scénarios extrêmes."

Le planning opérationnel prévoit la mise en service du premier réacteur 115 mois après la décision finale d'investissement", a également indiqué EDF dans son premier communiqué.

La mise en service du projet Hinkley Point devrait ainsi n'intervenir qu'en 2026, alors qu'EDF évoquait la date de 2025 en octobre dernier, lors de l'annonce d'une série d'accords avec le gouvernement britannique et CGN.

Après avoir poursuivi leurs discussions ces derniers mois, EDF et CGN ont finalisé "la documentation contractuelle dans sa forme définitive", leur accord prévoyant que la prise de participation du chinois s'accompagnera du versement "d'une prime d'acquisition, en sus de la reprise de sa quote-part des coûts déjà engagés".

Le groupe français s'engagerait en outre à fournir à CGN "des garanties financières limitées", notamment en cas de surcoûts, de retard du calendrier, ou dans l'hypothèse d'une remise en cause par les autorités européennes de l'accord de prix garanti ("contract for difference") conclu avec l'Etat britannique.   Suite...

 
Le projet de construction de deux réacteurs nucléaires de type EPR à Hinkley Point, en Angleterre, comprend "une marge pour aléas" et pourrait coûter au total 20,7 milliards de livres sterling (26,2 milliards d'euros environ). EDF, qui détiendra 66,5% du projet, évoquait jusqu'à présent un coût de 18 milliards de livres. /Photo prise le 21 avril 2016/REUTERS/Stéphane Mahé