Crédit agricole affiche des résultats en forte baisse

jeudi 12 mai 2016 07h20
 

par Julien Ponthus et Maya Nikolaeva

PARIS (Reuters) - Crédit agricole S.A. a annoncé jeudi des résultats en forte baisse au premier trimestre, pénalisés à la fois par des conditions de marchés difficiles et par les effets comptables de l'opération "Eurêka", qui réorganise la structure capitalistique du groupe mutualiste.

Cette publication intervient alors que la banque et BNP Paribas font la première page du journal Le Monde, qui évoque l'utilisation de sociétés offshore dans des paradis fiscaux en lien avec le cabinet panaméen Mossack Fonseca, dont les fuites de données confidentielles ont alimenté le scandale des "Panama papers".

"Cet article nous blesse beaucoup", a commenté le directeur général de la banque, qui dénonce une présentation "trompeuse" de ses activités.

"Il nous blesse parce qu'il balaie d'un revers de titre, que nous trouvons très violent, le fait que depuis plusieurs années nous avons réellement, réellement, mis en oeuvre un programme sans ambiguïté de lutte contre le blanchiment et de lutte contre l'évasion fiscale", a assuré Philippe Brassac.

Il a concédé que certains de ses clients utilisaient encore ce type de structure mais que la banque s'était assurée dès la fin 2014 que toute sa clientèle française était en règle avec les autorités fiscales, une disposition appliquée fin 2015 aux clients européens et qui le sera pour le reste du monde en 2017.

Seule en première ligne depuis l'éclatement du scandale des "Panama papers", la Société générale a été rejointe dans la tourmente mercredi par Crédit agricole et BNP Paribas, dont les présidents ont été sommés par Bercy de donner des "explications" sur leurs activités dans les paradis fiscaux.

LCL SOUFFRE DES TAUX BAS   Suite...

 
Crédit agricole S.A. a annoncé jeudi des résultats en forte baisse au premier trimestre, pénalisés à la fois par des conditions de marchés difficiles et par les effets comptables de l'opération "Eurêka", qui réorganise la structure capitalistique du groupe mutualiste. /Photo prise le 8 mars 2016/REUTERS/Philippe Wojazer