Le chiffre d'affaires trimestriel d'EDF en repli de 6,7%

mardi 10 mai 2016 20h06
 

PARIS (Reuters) - EDF a publié mardi un chiffre d'affaires en repli de 6,7% au premier trimestre, pénalisé par la baisse des prix de l'électricité, et a ajusté à la baisse sa prévision de production nucléaire en France après un accident survenu à Paluel en Seine-Maritime.

L'électricien, détenu à 84,9% par l'Etat français, vise désormais une production comprise entre 408 et 412 térawatts/heure (TWh) en 2016 - contre 410 à 415 TWh précédemment - après la chute fin mars d'un générateur de vapeur dans le bâtiment du réacteur n°2 de Paluel, dont le redémarrage n'est pas prévu avant mars 2017.

EDF continue toutefois de viser, pour 2016, un Ebitda compris entre 16,3 et 16,8 milliards d'euros, un ratio d'endettement financier net sur Ebitda de 2,0 à 2,5 fois et un taux de distribution du résultat net courant compris entre 55% et 65%.

Le groupe a aussi redit son ambition de générer un flux de trésorerie (cash-flow) positif en 2018 après dividendes (hors projet Linky).

Invoquant un contexte de concurrence accrue et des prix de l'électricité historiquement bas, notamment en France, EDF a enregistré à fin mars des ventes de 21,44 milliards d'euros, en baisse de 6,0% à périmètre et changes constants.

Le groupe, également confronté à de lourds investissements - le nucléaire en France, l'EPR britannique de Hinkley Point ou encore le rachat de l'activité réacteurs d'Areva - a annoncé en avril un projet d'augmentation de capital d'environ 4,0 milliards d'euros.

Cette levée de fonds, à laquelle l'Etat français participera à hauteur de 3 milliards d'euros, doit être mise en oeuvre d'ici à la clôture des comptes 2016.

EDF prévoit en outre une optimisation de ses investissements nets (hors Linky et hors nouveaux développements) d'environ 2,0 milliards d'euros en 2018 par rapport à 2015, pour les ramener à un niveau de 10,5 milliards.

Il vise aussi une réduction de ses charges opérationnelles d'au moins un milliard d'euros en 2019 par rapport à 2015 et un plan de cessions d'actifs de 10 milliards à l'horizon 2020.   Suite...

 
EDF a publié mardi un chiffre d'affaires en repli de 6,7% au titre du premier trimestre 2016, pénalisé notamment par des prix de marché de l'électricité à des niveaux historiquement bas, notamment en France. /Photo d'archives/REUTERS/Pascal Rossignol