May 9, 2016 / 8:22 PM / a year ago

Wall Street finit sur une note étroitement irrégulière

5 MINUTES DE LECTURE

LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a terminé sur une note étroitement irrégulière lundi, prise entre le rebond des valeurs de la santé et le recul des valeurs pétrolières et des ressources naturelles, affectées par la contraction des exportations et des importations chinoises.

Les cours du pétrole se sont retournés en nette baisse, réagissant à une nouvelle progression des stocks de brut du terminal pétrolier de Cushing, en Oklahoma, et alors qu'il semble que le gigantesque incendie de forêt survenu au Canada n'ait pratiquement pas endommagé les sites d'exploitation des sables bitumineux de l'Alberta.

L'indice Dow Jones a perdu 34,72 points (0,20%) à 17.705,91. Le S&P-500, plus large, a gagné 1,55 point (0,08%) à 2.058,69 points. Le Nasdaq Composite a avancé de 14,05 points (0,30%) à 4.750,21 points, aidé par un gain de 2,45% de l'indice des biotechs.

L'indice sectoriel S&P des valeurs de l'énergie et celui des ressources naturelles ont tous deux perdu 1,25%, tandis qu'au contraire l'indice des valeurs de la santé a pris 1,13%, dopé par la hausse de près de 6% d'Allergan.

Dans ce même secteur, Teva Pharmaceutical Industries, le numéro un mondial des génériques, qui compte avoir bouclé le rachat des génériques d'Allergan pour 40,5 milliards de dollars en juin, a fait état lundi d'une baisse moins marquée que prévu de son bénéfice au premier trimestre et son action a fini en progrès de 5%.

Wall Street avait terminé dans le vert vendredi, rompant avec une série de trois reculs d'affilée, après les chiffres de l'emploi inférieurs aux attentes d'avril, rendant encore moins probable un relèvement des taux de la Fed dès sa prochaine réunion en juin.

La "saison" des résultats du premier trimestre est presque terminée et les bénéfices des sociétés composant l'indice S&P-500 ont diminué de 5,5% en moyenne, tandis que leurs chiffres d'affaires se sont tassés de 1,9%, selon des données de Thomson Reuters I/B/E/S.

"C'est moyen, voire très moyen", estime Alan Gayle (RidgeWorth Investments). "Même si la plupart des sociétés ont dépassé des attentes qui avaient été sensiblement revues en baisse, la croissance globale des ventes reste décevante".

Aux valeurs encore, JD.Com laisse 7%. Le site chinois de commerce en ligne a annoncé lundi une hausse de 47% de son chiffre d'affaires au premier trimestre, mais ce dernier est inférieur aux attentes.

Krispy Kreme Doughnuts a bondi de 24,32% après avoir accepté une opération de 1,35 milliard de dollars de retrait de la cote.

L'action de Lending Club, première plate-forme mondiale de prêt en ligne, a dégringolé de 34,93%, à la suite de l'annonce de la démission de son PDG.

Après la clôture, le fabricant de panneaux solaires SolarCity, co-fondé par le milliardaire Elon Musk, a publié des trimestriels qui ont déçu les investisseurs et son action a plongé de 13% en après-Bourse.

On compte sur le Nyse 1.594 baisses contre 1.407 hausses et sur le Nasdaq 1.486 hausses pour 1.322 baisses. Le volume a été de 6,8 milliards de titres échangés, en deçà de la moyenne quotidienne de 7,2 milliards des 20 dernières séances, selon des données de Thomson Reuters.

Sur le marché des changes, le dollar a nettement progressé contre le yen, après que le ministère des Finances nippon eut fait savoir que le Japon était prêt à intervenir sur le marché des changes si nécessaire.

Le billet vert a pris plus de 1% au plus haut depuis le 28 avril, alors que le yen avait inscrit un pic de 18 mois la semaine passée de 105,52 et avait gagné dans les 15% au cours des six derniers mois, les investisseurs n'escomptant plus une hausse régulière des taux américains cette année.

Ce sentiment explique aussi que les rendements des Treasuries aient baissé ce lundi, les traders ne croyant plus guère à une hausse des taux en juin après la décevante statistique de l'emploi d'avril parue vendredi dernier.

Le dollar a également inscrit un pic de deux semaines de 94,132 face à un panier de devises, bien au-dessus d'un plus bas de 16 mois de 91,919 touché la semaine dernière.

Le Trésor américain doit émettre pour 62 milliards de dollars de dette cette semaine sur marché obligataire, dont 24 milliards de notes à trois ans mardi, 23 milliards de papier à 10 ans mercredi et 15 milliards de 30 ans le lendemain.

Wilfrid Exbrayat pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below