Sanofi pourrait relever son offre sur Medivation

vendredi 6 mai 2016 07h36
 

PARIS (Reuters) - Sanofi est ouvert à un relèvement de son offre de 9,3 milliards de dollars (8,2 milliards d'euros) sur Medivation à condition que la biotech américaine accepte d'engager des discussions, menaçant dans le cas contraire de demander la révocation de son conseil.

Dans un courrier adressé le 4 mai aux membres du conseil d'administration de Medivation, Olivier Brandicourt, directeur général de Sanofi, souligne que cette opération est une "priorité" pour le groupe français et se dit déterminé à aboutir.

Il dit avoir eu des discussions approfondies avec les principaux actionnaires de ce spécialiste des traitements contre le cancer, qui sont, selon lui, "extrêmement favorables à une opération". Le conseil a refusé pour sa part d'engager des discussions avec Sanofi, jugeant son offre insuffisante, et il a réitéré sa position jeudi.

Dans un communiqué publié à son siège de San Francisco, Medivation dit avoir reçu une lettre de Sanofi qui "se borne à répéter une proposition inadéquate qui (...) sous-évalue substantiellement la société, sa franchise de pointe en oncologie et ses produits en développement (pipeline) à un stade avancé."

LE CHAUD ET LE FROID

Dans sa lettre rendue publique jeudi, Olivier Brandicourt ouvre la voie à un éventuel relèvement de l'offre à condition que le conseil de Medivation accepte d'entamer des discussions et apporte la preuve que la valeur du groupe le justifie.

"Si vous vous engagez dans un dialogue constructif avec nous et que vous apportez la démonstration d'éléments de valeur additionnels, nous pourrions être en position de revoir notre offre", observe-t-il.

En l'absence de réponse, Sanofi menace de se tourner directement vers les actionnaires du groupe et de demander la révocation du conseil.   Suite...

 
Sanofi s'est déclaré ouvert à un relèvement de son offre de 9,3 milliards de dollars (8,2 milliards d'euros) sur Medivation à condition que la biotech américaine accepte d'engager des discussions, menaçant dans le cas contraire de demander la révocation de son conseil. Le directeur général de Sanofi se dit déterminé à aboutir sur ce dossier. /Photo prise le 8 mars 2016/REUTERS/Philippe Wojazer