La chute des biotechs pourrait favoriser les fusions-acquisitions

mercredi 4 mai 2016 17h41
 

par Lewis Krauskopf

NEW YORK (Reuters) - La forte baisse subie en début d'année par les valeurs biotechnologiques pourrait favoriser les fusions-acquisitions (M&A) avec des primes susceptibles d'atteindre 50%, voire 100% par rapport à des cours de Bourse déprimés, estime Andy Acker, gérant de Janus Capital Group, un investisseur très présent dans le secteur.

L'indice des biotechs du Nasdaq a perdu 23% sur les trois premiers mois de l'année, sa plus mauvaise performance trimestrielle depuis 2002, et accuse encore un repli d'un tiers par rapport au plus haut historique inscrit en juillet dernier.

Cette baisse s'explique en partie par la remise en cause des pratiques de tarification en vigueur aux Etats-Unis et par les revers subis par plusieurs médicaments expérimentaux.

Pour Andy Acker, co-gérant d'un portefeuille de sept milliards de dollars (6,1 milliards d'euros) investi dans le secteur de la santé, ce mouvement s'est traduit par une importante décote du secteur alors même que la période connaît d'importantes innovations dans le traitement du cancer, des maladies cardiaques ou d'autres affections touchant des millions de personnes.

Dans ce contexte, les grands acteurs du marché de la pharmacie et les sociétés de biotechnologies semblent prêts à relancer les opérations de M&A, ajoute-t-il.

"Les acheteurs commencent à être intéressés", a-t-il dit dans un entretien à Reuters cette semaine.

La semaine dernière, AbbVie a annoncé le rachat de Stemcentrx pour 5,8 milliards de dollars et Sanofi a confirmé avoir soumis une offre de 9,3 milliards de dollars à Medivation, rejetée à l'unanimité par le conseil d'administration de ce dernier.

Reuters a rapporté mardi, en citant des sources proches du dossier, que Pfizer avait approché Medivation pour exprimer son intérêt pour une éventuelle acquisition.   Suite...