Airbus et Safran trouvent un accord sur leur coentreprise

lundi 2 mai 2016 17h34
 

par Cyril Altmeyer et Tim Hepher

PARIS (Reuters) - Airbus Group et Safran ont annoncé lundi un accord attendu de longue date sur la finalisation de leur coentreprise Airbus Safran Launchers, qui devrait être effective d'ici à la fin juin, levant ainsi une incertitude sur le programme Ariane 6 destiné à lutter contre l'américain SpaceX.

Lancée fin 2014, cette coentreprise à parité réunit leurs actifs dans les lanceurs spatiaux et vise à permettre à la nouvelle version de la fusée européenne, qui succède à Ariane 5, d'effectuer son premier vol en 2020.

Pour atteindre la parité dans la coentreprise, Safran avait convenu début 2015 de verser environ 800 millions d'euros à Airbus Group, compensant ainsi l'écart de valeur entre ses actifs et ceux de son partenaire.

"La soulte reste au même montant, soit de l'ordre de 800 millions d'euros", a-t-on précisé de sources proches du dossier. "Un accord a été trouvé entre Airbus Group et Safran sur les modalités fiscales de l'opération, dans le respect de la législation française."

Airbus Group craignait en effet que la facture fiscale de l'opération soit disproportionnée et un mécanisme a été trouvé pour débloquer la situation, a-t-on précisé.

Ni Airbus Group, ni Safran, ni le ministère des Finances n'ont souhaité faire de commentaire sur ce point. Dans leur communiqué commun, les deux partenaires ont précisé que les modalités financières seraient communiquées au moment de la clôture de l'opération.

Dans cette ultime phase, Airbus Safran Launchers deviendra ainsi une société pleinement opérationnelle, intégrant les actifs industriels et les lanceurs militaires et employant environ 8.000 personnes.

Airbus Safran Launchers a signé en août dernier le contrat de développement d'Ariane 6 pour un montant de 2,4 milliards d'euros pour le compte de l'Agence spatiale européenne (ESA).   Suite...

 
Airbus Group et Safran ont annoncé lundi un accord attendu de longue date sur la finalisation de leur coentreprise Airbus Safran Launchers, qui devrait être effective d'ici à la fin juin, levant ainsi une incertitude sur le programme Ariane 6 destiné à lutter contre l'américain SpaceX. /Photo prise le 15 avril 2016/REUTERS/Régis Duvignau