Ghosn sauve sa rémunération à Renault malgré le vote de l'Etat

vendredi 29 avril 2016 21h11
 

par Laurence Frost et Matthieu Protard

PARIS (Reuters) - Le PDG de Renault, Carlos Ghosn, a sauvé vendredi sa rémunération, malgré un vote sanction de l'assemblée générale des actionnaires, dont l'Etat français.

Les actionnaires ont voté à 54% contre cette rémunération, qui a atteint 7,2 millions d'euros pour l'exercice 2015.

Ce montant intègre un salaire fixe de 1,23 million d'euros, une part variable de 1,78 million et 4,18 millions sous forme de stock-options et de bonus différés.

L'Etat actionnaire à 19,74% a voté contre la résolution fixant cette rémunération comme il l'avait fait en conseil d'administration, a fait savoir le ministère de l'Economie.

"Depuis 2012, le gouvernement a tenu une position constante, appelant à la modération des rémunérations des dirigeants d'entreprise, à commencer par les entreprises à participation publique", a rappelé Bercy à Reuters.

Mais le conseil d'administration, qui s'est réuni après l'assemblée générale en l'absence de Carlos Ghosn, a confirmé les rémunérations du PDG "contre l'avis des représentants de l'Etat", a-t-on ajouté de même source.

Dans un communiqué publié à l'issue de sa réunion, le conseil a cependant précisé qu'il avait chargé le comité des rémunérations d’examiner "les évolutions utiles" en la matière pour 2016 et les années suivantes.

Lors de l'assemblée générale, Pierre-Henri Leroy, le fondateur de Proxinvest, société de conseil aux actionnaires, a ouvertement critiqué la rémunération de Carlos Ghosn.   Suite...

 
Le conseil d'administration de Renault a décidé de maintenir la rémunération de son PDG Carlos Ghosn malgré le vote sanction des actionnaires du constructeur automobile français. Lors de l'assemblée générale du groupe, qui se tenait avant, les actionnaires ont sanctionné Carlos Ghosn, en votant à 54% contre sa rémunération, qui a atteint 7,2 millions d'euros pour l'exercice 2015./Photo prise le 12 février 2016/REUTERS/Benoît Tessier